Bourse > Pétrole wti > Pétrole wti : Le dérapage de l'or noir se poursuit
Pétrole WTIPétrole WTI WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
48.98 -0.37 %
49.10Ouverture : 49.10+ Haut : 48.88+ Bas :
-0.24 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 1 271Volume :

Pétrole wti : Le dérapage de l'or noir se poursuit

tradingsat

(CercleFinance.com) - Voilà le cours du baril de Brent revenu sous la barre symbolique des 115 dollars ce midi sous l'emprise de facteurs essentiellement statistiques. Vers 13 heures 10, le Brent de mer du Nord reculait de nouveau de 1% à 114,9 dollars, le WTI américain perdant 1,2% à 101,3 dollars.

Rappelons qu'une semaine plus tôt, le Brent cotait tout près des 120 dollars et le WTI à 104,2 dollars.

Le cours du pétrole est une fois encore malmené par les dernières statistiques économiques en provenance d'Europe, où l'économie ne semble pas en finir de donner des signes de faiblesse.

En effet ce matin, l'indice PMI final Markit Composite de l'activité globale dans l'Eurozone s'est replié de 49,1 en mars à 46,7 en avril, et s'affiche à un niveau nettement inférieur à son estimation flash (47,4). Ce qui indique donc le plus fort repli de l'activité depuis octobre dernier, mais aussi le taux de contraction parmi les plus élevés depuis le milieu de l'année 2009.

'Conformes à une baisse trimestrielle du PIB de l'ordre de 0,5%, les dernières données de l'enquête suggèrent la possibilité d'un troisième trimestre consécutif de contraction', s'alarme Chris Williamson, Chief Economist à Markit.

La demande de brut étant fonction du dynamisme économique, ce genre de chiffre est fondamentalement négatif pour le cours du brut en Europe.

En outre, le rapport fédéral sur l'emploi américain semble attendu avec un peu plus de pessimisme depuis ce matin. Après 120.000 créations de postes en mars, le marché tablait en début de matinée de 160.000 à 170.000 en avril, selon les consensus disponibles.

“Plus que jamais, les Etats-Unis ont besoin de nombreuses créations d'emplois pour nourrir la consommation de ménages et permettre un retour de la confiance', estiment les analystes d'Aurel BGC, qui se montrent bien plus prudents avec une attente de 135.000 créations. Chez Natixis, on était encore plus réservé encore avec une anticipation de 110.000 seulement. A suivre.

Ajoutons à cela que le brut ne manque pas aux Etats-Unis, où les stocks commerciaux publiés par l'EIA mercredi se situent à leur plus haut niveau depuis 1990.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI