Bourse > Pétrole > Pétrole : Le brut résiste aux mauvaises nouvelles
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.38 +0.33 %
49.38Ouverture : 49.40+ Haut : 49.31+ Bas :
0.00 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 254Volume :

Pétrole : Le brut résiste aux mauvaises nouvelles

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le cours du brut se montre décidément résistant aux mauvaises nouvelles concernant la croissance. Vers 13 heures, le baril de Brent de Mer du Nord livrable en octobre demeurait étale à 114,8 dollars dollars, quand le WTI américain de même livraison cédait 0,4% à 88,4 dollars.

On a appris hier, via l'Energy Information Agency américaine, que les stocks commerciaux américains de pétrole brut s'étaient envolés la semaine dernière de 5,3 millions de barils pour atteindre 357 millions d'unités. Les attentes ne tablaient que sur une hausse de l'ordre d'un million de barils et un tel niveau avait été perdu de vue au tout début du mois de juillet.

Cependant, on notera que la Réserve stratégique de pétrole (SPR, en anglais), le stock d'urgence (non commercial) géré par l'Etat fédéral, a libéré 4,7 millions de barils la semaine dernière. Revenu à moins de 702 millions d'unités, la SPR a libéré près de 25 millions de barils depuis mi-juillet dans le cadre de la décision prise par l'Agence internationale de l'Energie : fin juin l'agence avait annoncé le retour sur le marché de 60 millions de barils tirés des réserves stratégiques au titre du mois de juillet, mais la mobilisation desdits stocks prend du temps.

Mais globalement, la contribution américaine à ce “relâchement” de pétrole destiné à soulager les pressions estivales sur la demande, dans un contexte où l'offre libyenne manque, sur l'offre touche à sa fin. Et l'Agence n'a pas annoncé de réédition de cette opération.

En outre et si la “driving season” se termine, la saison des ouragans bat son plein dans les Caraïbes, ce qui menace les installations pétrolières du golfe du Mexique. Tempêtes tropicales et ouragans se succèdent les uns aux autres.

Ces éléments semblent l'emporter sur des statistiques macroéconomiques décevantes, bien que la demande de brut soit étroitement dépendante de l'intensité de la croissance. En août, l'indice manufacturier PMI pour la zone euro est passé sous la barre “magique” des 50 points séparant l'expansion de la contraction, a-t-on appris ce matin. Le même indice, attendu cet après-midi pour les Etats-Unis, devrait selon le consensus suivre le même chemin.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...