Bourse > Pétrole > Pétrole : Le brut pénalisé les craintes économiques
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.26 +0.08 %
49.38Ouverture : 49.42+ Haut : 48.22+ Bas :
-0.24 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 86 754Volume :

Pétrole : Le brut pénalisé les craintes économiques

tradingsat

(CercleFinance.com) - Si les tensions géopolitiques entourant l'Iran et la Syrie se mantienent, le cours de l'or noir semble ces derniers temps plus attentifs aux perspectives de dégradation économique. Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en janvier prochain se tassait ainsi de 0,2% à 108,8 dollars quand le WTI américain de même échéance gagnait 0,6% à 98,9 dollars.

En effet, les stocks pétroliers américains que l'Energy Information Agency (EIA) publiera demain sont attendus, pour ce qui est des réserves de brut, en hausse par le consensus de l'ordre de 900.000 barils. Ces stocks sont habituellement utilisés comme un baromètre de la demande des acteurs économiques américains.

En Europe, le Brent a décidément du mal à se maintenir au-delà des 110 dollars, ce qui ne lui posait pas de problème dernièrement. Il faut dire que les perspectives macroéconomiques s'annoncent de plus en plus sombres.

Hier, l'OCDE écrivait que 'les économies avancées connaissent un ralentissement et la zone euro semble traverser une légère récession. L'inquiétude à propos de la viabilité des dettes souveraines s'étend dans l'union monétaire européenne. Si rien n'est fait pour y remédier, la contagion récente de la crise à des pays dont les finances publiques étaient réputées relativement saines pourrait massivement aggraver les perturbations économiques.'

L'organisation basée au château de la Muette retient un scénario de référence prévoyant une récession modérée en Europe. Mais ce n'est pas la seule possibilité. 'Dans le scénario défavorable, les conséquences d'un événement négatif majeur dans la zone euro vont dépendre des processus en jeu et de leur virulence. Les résultats pourraient aussi bien être relativement anodins que très dévastateurs', pronostique l'organisation.

Dans un rapport publié mardi, les analystes de la banque d'affaires américaine Citi considèrent que l'année 2011 a été le théâtre d'un choc entre les dynamiques d'endettement des Etats et le manque de leadership des dirigeants politiques, du mois en ce qui concerne les pays développés.

'2012 s'inscrira dans la continuité de ces thématiques, avec deux éléments en plus, à savoir la tenue d'élections et la remontée du risque géopolitique', préviennent les économistes.

S'ils excluent le scénario d'une explosion de l'euro, grâce à l'intervention de la BCE, Citi indique s'attendre à ce que les notes souveraines de pays comme l'Autriche, la Belgique, la France, la Grèce, l'Italie, le Portugal et l'Espagne soient dégradées au cours des mois qui viennent.

Enfin, le cartel pétrolier de l'OPEP se réunira à Vienne le 141 décembre, ce qui pourrait déboucher sur une décision, et à tout le moins des commentaires sur les quotas de production de l'organisation.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...