Bourse > Pétrole wti > Pétrole wti : Le brut craint une nouvelle hausse des stocks us
Pétrole WTIPétrole WTI WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
45.60 -2.79 %
46.96Ouverture : 47.20+ Haut : 45.56+ Bas :
-2.90 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 54 045Volume :

Pétrole wti : Le brut craint une nouvelle hausse des stocks us

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le craintes macroéconomiques entourant l'Europe se doublent d'anticipations d'une nouvelle hausse des stocks de brut américains pour peser sur le cours du brut ce midi. Vers 13 heures 20, le Brent de mer du Nord se tasse de 0,4% à 118,3 dollars, le WTI américain se montrant plus neutre (- 0%) à 103,1 dollars.

Les statistiques relatives aux demandes européenne et chinoise ne sont pas des plus engageantes. Selon un opérateur de marché nord-européen, 'il est particulièrement inquiétant de constater que les indices PMI de France et d'Allemagne ont dégringolé hier'. Si de mauvais chiffres dans ce genre venaient à se multiplier, les prévisions de croissance de la zone euro en seraient affectées négativement. “Toutes choses égales par ailleurs”, renchérit Aurel BGC ce matin, “et sous réserve de confirmation ces prochains mois, le recul des PMI en avril fait naître le risque d'une nouvelle dégradation du PIB de la zone euro au deuxième trimestre”.

En outre, l'actualité statistique chinoise n'est qu'à demi positive : publié cette nuit, l'indice d'activité manufacturière PMI de la Chine (celui calculé par HSBC) est ressorti à 49,1 pour avril. C'est certes mieux que les 48,3 de mars, mais ce chiffre reste inférieur à la barre des 50 points qui sépare la contraction (en dessous) de l'expansion (au-dessus).

Par ailleurs, la reprise des discussions entre la communauté internationale et l'Iran est effectivement une bonne nouvelle du point de vue de l'offre de brut, en ce qu'elle éloigne le risque d'une nouvelle escalade des tensions. En attendant, ces pourparlers n'empêcheront pas la mise en place de l'embargo européen sur le pétrole d'Iran, déjà en train de monter en puissance en vue d'une effectivité complète cet été. Cet acte de rétorsion en réponse à la nature supposément militaire du programme nucléaire iranien induit des tensions sur l'offre. En outre, la crainte d'une intervention militaire israélienne n'est toujours pas exclue.

Du côté de l'actualité plus immédiate, l'attention des marchés se focalise aussi sur la 'jauge' que constituent les stocks pétroliers américains. Du point de vue des prix, le ton devrait rester négatif.

En effet, l'Energy Information Agency (EIA) en publiera demain un état hebdomadaire qui devrait témoigner d'une 5ème hausse consécutive des réserves commerciales d'or noir aux Etats-Unis. Leur niveau pourrait ainsi passer, selon le consensus, de 369 à 371 millions de barils. Un an plus tôt, ce chiffre était de 363,1 millions d'unités.

Pour mémoire, le seul niveau supérieur à 371 millions de barils enregistré en 2011 datait de la dernière semaine de mai, à 373,8 millions d'unités. Il s'agissait alors d'un pic qui coïncidait avec le début de la “driving season”.

Aux Etats-Unis, cette “saison” débute par convention avec le Memorial Day qui rallonge le dernier week-end de mai - il s'agira du lundi 28 mai cette année. Ce traditionnel coup d'envoi des départs en vacances et en week-end - en voiture, le plus souvent - entraîne un regain de demande d'essence. Mais il faudra encore patienter un mois avant qu'il ne survienne.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI