Bourse > Pétrole wti > Pétrole wti : Le brent proche des 125 dollars.
Pétrole WTIPétrole WTI WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
46.69 +0.56 %
46.40Ouverture : 46.69+ Haut : 46.40+ Bas :
+0.62 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 734Volume :

Pétrole wti : Le brent proche des 125 dollars.

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les doutes des opérateurs sur la soutenabilité d'un “pétrole cher” et ses conséquences sur la marche de l'économie n'ont pas encore trouvé le moyen d'en tirer le cours vers le bas. Vers 13 heures, le baril de Brent de Mer du Nord d'échéance mai gagnait 0,5% à 124,6 dollars, quand le WTI américain de même livraison cédait 0,2% à 109,7 dollars.

L'euro et nombre d'autres devises ont pour l'instant cessé de s'apprécier contre le dollar US, ce qui a tendance à ralentir mécaniquement la hausse du baril dont le billet vert est la devise de négoce.

Certes, nombre d'opérateurs doutent que le niveau actuel des cours soit soutenable. L'OPEP, qui a compensé la baisse de la production libyenne notamment grâce à l'Arabie saoudite, répète régulièrement que les fondamentaux du marché ne justifient pas les prix actuels.

Dans son dernier numéro d'Oil Market Report, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) n'a pas relevé ses prévisions de demande globale de brut pour 2011 (+1,6% à 89,42 millions de barils/jour), comme tel est le cas régulièrement. L'agence a réaffirmé, comme elle le fait avec constance depuis le début de l'année, qu'un baril au-delà des 100 dollars réduit la demande et donc la croissance économique. L'abaissement de 3% à 2,8% de la prévision de croissance du PIB des Etats-Unis par le FMI semble également plaider en ce sens.

Mais d'une manière générale, l'inquiétude grandit ou plutôt s'installe dans la durée du côté de la catastrophe nucléaire qui frappe le Japon. En effet, les autorités nipponnes ont décidé dans la nuit de porter le degré de gravité de l'accident de Fukushima Daiichi au même niveau que celui de Tchernobyl en 1986, soit au maximum.

Du côté géopolitique, si la situation tend à se stabiliser en Côte d'Ivoire avec l'arrestation du président “sortant” Laurent Gbagbo par les forces loyales à Alassane Ouattara appuyées par l'armée française et les troupes des Nations unies.

En revanche, les combats se poursuivent en Libye et leur issue est toujours incertaine, bien que l'Union africaine semble maintenant favorable au départ du dictateur. 'L'OTAN maintient la pression afin que la violence cesse', a déclaré son secrétaire général Anders Fogh Rasmussen dans un communiqué. 'Depuis samedi, nous avons détruit 49 chars, neuf blindés-transports de troupes, trois pièces antiaériennes et quatre dépôts de munitions, surtout autour des villes de Misrata et Ajdabiya', a-t-il précisé. Le non-respect du cessez-le-feu par ces mêmes troupes est également souligné, ce qui induit la poursuite des frappes aériennes.

Enfin, du côté des stocks de pétrole brut américain que l'Energy information agency (EIA) publiera demain après-midi, le consensus anticipe encore une accumulation. Ils devraient donc se rapprocher encore un peu des 360 millions de barils.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI