Bourse > Pétrole > Pétrole : Le baril tient la corde, le brent à 125 dollars
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.34 +0.24 %
49.38Ouverture : 49.42+ Haut : 49.26+ Bas :
-0.08 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 675Volume :

Pétrole : Le baril tient la corde, le brent à 125 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Soutenu par les annonces de la Fed et les stocks pétroliers américains, le pétrole reculait très modérément jeudi midi. Vers 13 heures 20, le baril de Brent de Mer du Nord d'échéance juin cédait symboliquement 0,1% à 125 dollars, quand le WTI américain de même livraison reculait de 0,2% à 112,6 dollars.

Force est de constater que le prix de l'or noir réagit bien peu aux craintes macroéconomiques causées par son prix actuel. Pourtant hier, la Fed a réduit ses prévisions de croissance 2011 pour les Etats-Unis de 3,4-3,9% à 3,1-3,3%, tout en relevant celle d'inflation de 1-1,3% à 1,3-1,6%.

'Un des principaux risques [pesant sur la croissance] est que les prix élevés du pétrole pèsent davantage sur les dépenses réelles des consommateurs que nous ne l'anticipons actuellement', écrivaient d'ailleurs ce matin les analystes de Bank of America - Merrill Lynch Global Research.

Mais de l'autre côté, si la banque centrale américaine a exclu de lancer un QE3 après la fin du QE2 en juin, elle continuera de réinvestir le montant des titres déjà en portefeuille arrivant à échéance. Et aucune hausse des taux n'est signalée. Or une politique monétaire accommodante est de nature à soutenir les prix des actifs.

Les statistiques hebdomadaires publiées hier par l'Energy Information Agency (EIA) pour les Etats-Unis laissent également dans le flou : les stocks commerciaux de brut ont décollé de 6,1 millions de barils à 363,1 millions d'unités, là où le consensus tablait au pire sur une hausse de deux millions d'unités. A leur niveau actuel, ces stocks sont revenus à celui qu'ils ont atteint pour la dernière fois fin octobre/début novembre 2010. Un an plus tôt en 2010, ils se situaient à 358 millions de barils.

Mais si le brut léger s'accumule toujours dans les réservoirs, les stocks d'essence, eux, ont reculé de 2,5 millions d'unités à 205,6 millions d'unités alors qu'approche la 'driving season'. A l'inverse du brut, il faut remonter à fin août 2009 pour retrouver un niveau aussi bas, signe d'une certaine reprise de la demande ! Un an plus tôt, les réserves commerciales d'essence étaient d'ailleurs de 223,6 millions d'unités.

Enfin, le dollar n'en finit pas de dégringoler contre les devises concurrentes et s'approche maintenant des 1,49 dollar l'euro. Il a perdu plus de 10% face à l'euro depuis le début de l'année. Mécaniquement, un tel mouvement des changes tend à soutenir le prix du baril dont le dollar est l'unique devise de négoce.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...