Bourse > Pétrole > Pétrole : Le baril baisse encore, doutes économiques
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.64 -2.03 %
50.75Ouverture : 50.93+ Haut : 49.20+ Bas :
-2.19 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 75 830Volume :

Pétrole : Le baril baisse encore, doutes économiques

tradingsat

(CercleFinance.com) - Face à une série de statistiques décevantes provenant des deux côtés de l'Atlantique, le cours a dérapé hier soir et continuait de baisser ce midi. Vers 13 heures 10, le Brent de mer du Nord se tassait encore de 0,4% à 117,7 dollars, le WTI américain cédant 0,4% à 104,8 dollars.

Hier, l'Energy Information Agency (EIA) a fait était d'une hausse de 2,8 millions de barils des réserves commerciales de pétrole brut aux Etats-Unis, au titre de la semaine dernière, à 375,9 millions d'unités. C'est un million de plus que les prévisions du consensus des analystes. De surcroît, cette hausse est la 6ème d'affilée. Enfin, en valeur absolue, il faut remonter jusqu'en mai 2009 pour retrouver un niveau supérieur à 375 millions.

Chez BNP Paribas CIB, les stratégistes “matières premières” notent que ce niveau est désormais passé au-dessus de son couloir de variation habituel des cinq dernières années.

Cependant, 'à l'inverse, les stocks d'essence et de distillats (les produits raffinés, ndlr) ont continué de reculer plus que prévu' : les premiers ont effectivement baissé d'environ deux millions d'unités chacun, continuant ainsi sur leur tendance inverse par rapport aux stocks de brut.

Le brut a aussi été pénalisé par le résultat de l'enquête de l'institution privée ADP sur l'emploi aux Etats-Unis, publié hier. 'ADP estime les créations d'emplois dans le secteur privé américain à 119.000 seulement en avril. La médiane des prévisions recensées par Bloomberg était à 170.000', rappellent les analystes d'Aurel BGC ce matin. Rappelons que le rapport fédéral sur l'emploi pour avril est attendu vendredi. La voilà donc précédée d'un mauvais présage; Facteur clé du dynamisme de l'économie américaine, les créations d'emplois - la fameuse 'job machine' - sont en effet déterminantes pour la croissance du PIB. Or c'est de cette dernière dont dépend ultimement la demande de pétrole brut.

Les mauvais indicateurs d'activité publiés hier en Europe continuent également de peser sur la tendance.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...