Bourse > Pétrole wti > Pétrole wti : La brut attentiste malgré les engagements saoudiens
Pétrole WTIPétrole WTI WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
48.44 -0.51 %
48.67Ouverture : 48.94+ Haut : 48.25+ Bas :
-0.47 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 10 795Volume :

Pétrole wti : La brut attentiste malgré les engagements saoudiens

tradingsat

(CercleFinance.com) - Si le baril de Brent reste sous les 120 dollars touchés la semaine dernière, la tension demeurait palpable sur les marchés pétroliers. Vers 13 heures, le baril de Brent de Mer du Nord à échéance avril grappillait 0,2% à 112,1 dollars, quand le WTI américain de même livraison prenait 0,1% à 97,1 dollars.

Certes, la tension est moins forte que la semaine passée, bien que les affrontements se poursuivent toujours en Libye. Les rebelles au colonel Kadhafi ont pris le contrôle de la plupart des sites de production d'or noir du pays, dont les exportations gazières avaient cessé la semaine dernière.

L'Agence internationale de l'Energie estimait le 25 février que la production libyenne (1,6 million de barils/jour environ) avait été amputée de 500.000 à 750.000 barils/jour, “soit moins de 1% de la demande globale”. L'extension des troubles a pu faire croître ce chiffre depuis lors.

Certes, l'Arabie saoudite s'est engagée à mobiliser ses capacités de production excédentaires pour suppléer l'absence de la Libye, ce qui a rassuré les marchés hier. Chez Pictet & Cie, on soulignait aussi ce matin “les déclarations du gouverneur de l'OPEP, qui parle d'un retour du prix du baril au niveau auquel il se trouvait avant la crise libyenne aussitôt que la situation sera éclaircie dans ce pays.”

Mais les craintes d'extension des troubles à d'autres pays producteurs concernent notamment l'Iran, dont la production est supérieure du double à celle de la Libye. Et l'Arabie saoudite est toujours surveillée de près. Au Maroc, au Yémen et en Oman, la situation politique est également tendue.

Les changes jouent aussi pour la hausse du baril puisque l'euro est revenu tester ses plus hauts niveaux (1,3862 dollar l'euro) de l'année face au dollar. Mécaniquement, la dépréciation de la valeur du dollar, unique devise de négoce de l'or noir, contre ses principaux concurrents a tendance à faire monter le prix du baril.

Demain, l'Energy Information Agency (EIA) américaine devrait faire état d'une nouvelle accumulation des stocks de brut de l'ordre du million de barils aux Etats-Unis, selon le consensus. Une perspective baissière qui est pour l'instant négligée par les opérateurs.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI