Bourse > Pétrole > Pétrole : L'attentisme règne sur le brut.
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.19 -0.24 %
49.16Ouverture : 49.75+ Haut : 48.79+ Bas :
+0.06 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 62 080Volume :

Pétrole : L'attentisme règne sur le brut.

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les marchés pétroliers ne sont pas épargnés par le doute ce midi et ont donc prudemment opté pour l'attentisme. Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en janvier prochain demeurait stable à 109,8 dollars quand le WTI américain de même échéance n'était pas plus inspiré (+0 1%), à 101,1 dollars.

Le brut reste, comme le marché des changes, indécis après l'annonce de la mise sous surveillance avec implication négative par Satndard & Poor's des notes de 15 des 17 pays de la zone euro, dont ceux titulaires d'un 'AAA' comme la France, l'Allemagne ou les Pays-Bas.

L'agence de notation explique que cette mise sous surveillance reflète ses inquiétudes sur l'impact potentiel de ce qu'elle perçoit comme 'l'aggravation des problèmes politiques, financiers et monétaires au sein de l'Union économique et monétaire.' 'Dans la mesure où ces problèmes de la zone euro contraignent de façon permanente l'accès de l'économie au crédit, les perspectives économiques de la France [ou d'autres pays], - et donc la perspective d'une réduction soutenue de son ratio d'endettement public - pourraient se trouver affectées', explique S&P.

Il s'agit d'une sorte de coup de semonce avant les réunions de la fin de semaine : “l'euphorie de ces derniers jours sur les marchés financiers et la très forte détente des taux souverains auraient pu avoir un effet désincitatif sur les gouvernements les plus récalcitrants et il est donc bienvenu que Standard & Poor's rappelle que l'euphorie pourrait vite cesser”, commentaient des opérateurs parisiens ce matin.

En effet, on attend en fin de semaine la réunion de la BCE et un important sommet européen. La généralisation anticipée des mesures de rigueur, si elle peut rassurer les investisseurs obligataires, devrait amener la question de la récession du Vieux continent sur le devant de la scène. Or la demande de brut est essentiellement fonction du dynamisme de l'activité économique.

Cependant, les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, notamment autour de l'Iran et d'éventuelles limitations de ses exportations, demeurent palpables, en dépit d'une légère détente ces derniers jours.

Enfin, les stocks de pétrole brut dont l'Energy Information Agency publiera demain l'état pour les Etats-Unis devraient témoigner d'une hausse de 800.000 barils environ.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...