Bourse > Pétrole wti > Pétrole wti : pas de tendance pour les barils
Pétrole WTIPétrole WTI WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
45.60 -2.79 %
46.96Ouverture : 47.20+ Haut : 45.56+ Bas :
-2.90 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 54 045Volume :

Pétrole wti : pas de tendance pour les barils

tradingsat

(CercleFinance.com) - Il était toujours aussi difficile de discerner une tendance sur les marchés pétroliers ce midi. Ainsi, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en février gagnait 0,6% à 107,8 dollars quand le WTI américain de même livraison le suivant de 0,4% à 92,7 dollars.

Un jour chassant l'autre, le Brent semble toujours sous l'influence directe du producteur de brut instable qu'est devenu la Libye : en tout début d'année, le baril de référence d'Europe avait pâti du redémarrage d'un important champ pétrolifère libyen, ce qui a plus que doublé la production du pays en quelques semaines aux environs de 650.000 barils/jour, selon les estimations de Commezbank, dont 510.000 barils/jour sont exportés.

La Libye produit un brut léger peu souffré qui est très majoritairement destiné au marché européen.

Mais le vent semble avoir de nouveau tourné à Tripoli. 'Hier', rapporte Commerzbank, 'le gouvernement central a mis en garde les compagnies étrangères afin que ces dernières ne concluent pas d'accords avec des mouvements rebelles'. En effet, l'unité politique du pays n'est plus qu'un lointain souvenir et des rebelles autonomes armés ont invité les acheteurs internationaux à passer par les terminaux côtiers d'exportation qui étaient sous leur contrôle, dans l'Est du pays.

Un enjeu de taille puisqu'en début de semaine, un navire de l'Etat central libyen avait empêché un pétrolier d'entrer dans un port contrôlé par des rebelles.

Enfin, aux Etats-Unis, le WTI est soutenu par les chiffres publiés hier par l'Energy Information Agency : la semaine passée outre-Atlantique, si les stocks de pétrole ont reculé de 2,7 millions de barils, soit nettement plus que prévu, les réserves de produits distillés, elles, ont bondi. Celles de distillats (diesel et fuel domestique) se sont accrues (+ 5,8 millions de barils), de même que celles d'essence (+ 6,2 millions). En effet, le climat rigoureux qui frappe l'Amérique du Nord limite les livraisons de produits raffinés au consommateur final.


Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI