Bourse > Pétrole > Pétrole : pas de rebond pour le cours du WTI
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.37 +0.22 %
49.26Ouverture : 49.39+ Haut : 49.26+ Bas :
+0.22 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 100Volume :

Pétrole : pas de rebond pour le cours du WTI

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'indécision dominait les marchés pétroliers ce midi et le WTI américain, au plus bas de deux mois et demi, ne parvenait pas à se reprendre. A cette heure, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en novembre restait presque neutre (+ 0,2%) à 108,6 dollars, le WTI américain de même échéance n'étant pas plus inspiré (+ 0,1%) à 102,7 dollars.

Le rebond du WTI américain est effectivement très mesuré puisqu'il valait environ un dollar de plus mercredi à la même heure.

En effet, hier et contre toute attente, l'Energy Information Agency a fait état d'une hausse des réserves commerciales de brut aux Etats-Unis, passées d'une semaine sur l'autre de 355,6 à 358,3 millions de barils. Or elles étaient attendues en baisse, ce qui aurait permis de confirmer le mouvement de recul en vigueur depuis le pic de fin mai, à plus de 397 millions de barils.

“La consommation d'essence a diminué de 2 % à 8,85 millions de barils par jour”, détaillent les spécialistes de Saxo Banque. “Dans ce contexte où l'offre est trop importante et la demande trop faible, les prix du pétrole sont logiquement orientés à la baisse”.

En outre, les stocks d'essence sont restés pratiquement stables et ceux de distillats, catégorie qui recouvre diesel et le fuel domestique destiné au chauffage, ont peu baissé.

Ainsi, le cours du WTI est tombé ces dernières 24 heures tout près des 102 dollars, son plus bas niveau en deux mois et demi.

Par ailleurs, les analystes Matières premières de Commerzbank soulignent 'offensive de charme' lancée par le président iranien Rouhani afin de détendre les relations de Téhéran avec les puissances occidentales. 'D'ici trois à six mois, (le président iranien) entend résoudre le contentieux international lié au programme nucléaire iranien qui dure maintenant depuis une bonne dizaine d'années.

Dans ce contexte, la prime géopolitique sur le cours du baril, sérieusement écornée par l'éloignement de l'hypotbèse d'une intervention militaire contre la Syrie, ne peut que s'effriter encore.



Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...