Bourse > Pétrole wti > Pétrole wti : le WTI pénalisé, les stocks grimpent toujours
Pétrole WTIPétrole WTI WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
45.60 -2.79 %
46.96Ouverture : 47.20+ Haut : 45.56+ Bas :
-2.90 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 54 045Volume :

Pétrole wti : le WTI pénalisé, les stocks grimpent toujours

tradingsat

(CercleFinance.com) - Jeudi midi sur les marchés pétroliers, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en avril grappillait 0,5% à 61,9 dollars, mais le WTI américain de même échéance perdait à l'inverse de 1,3% à 50,3 dollars.

Le marché pétrolier américain reste pénalisé par la vitesse à laquelle s'y accumulent les stocks de brut : en effet, dopée par les bruts non conventionnels, la production d'hydrocarbures des Etats-Unis continue de grimper. Comme il est légalement presque impossible d'exporter l'or noir sous sa forme brute des Etats-Unis, les barils s'y accumulent car la demande ne parvient pas à suivre.

Ainsi, l'Energy Information Agency fédérale américaine a indiqué hier que la semaine dernière, les réserves commerciales de brut avaient décollé de 8,4 millions de barils pour atteindre 434 millions d'unités. Une hausse (la 7e d'affilée) plus de deux fois supérieure aux anticipations qui, de plus, induit un nouveau record pour cet indicateur depuis le milieu des années 1930. Bref, le brut ne risque pas de manquer outre-Atlantique.

Commerzbank estime par ailleurs que les propos du très écouté ministre du Pétrole d'Arabie saoudite, Ali Al-Naimi, ont été mal compris hier. L'officiel a effectivement déclaré que la demande globale allait augmenter. En même temps, relèvent les analystes, c'est déjà ce qu'indiquent les prévisions de l'Opep, de l'EIA et de l'AIE. Rien de neuf sous le soleil.

Et M. Al-Naimi n'a pas déclaré pour autant que la demande de brut allait augmenter plus fortement que prévu, ce qui aurait pu justifier une hausse des cours.

Bref, ce qui semble plus fondé, ajoutent les spécialistes, est que le cours du Brent semble dessiner un plancher dans la zone des 60 dollars. 'Reste à savoir si ce niveau sera suffisant pour retirer du marché des capacités significatives au sein des pays non membres de l'Opep', indique Commerzbank, par exemple en Russie et aux Etats-Unis.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI