Bourse > Pétrole > Pétrole : le Brent passe sous les 110 dollars
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.38 -0.08 %
49.30Ouverture : 49.54+ Haut : 49.20+ Bas :
+0.16 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 3 184Volume :

Pétrole : le Brent passe sous les 110 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Sur midi sur les marchés pétroliers, la décru des deux principaux barils de référence se poursuivait. Ce midi, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en novembre cédait 0,4% à 109,6 dollars, le WTI américain d'échéance octobre cédant 0,4% également à 106,1 dollars.

Chez Commerzbank, les analystes Matières premières expliquaient hier la baisse du Brent par deux facteurs. Tout d'abord, le “rollover” des contrats, la prochaine échéance livrable du Brent (d'octobre à novembre) changeant plus tôt que celle du WTI. Ensuite, une nouvelle baisse de la prime de risque spéculative qui s'était formée sur le Brent en raison de la montée des tensions en Syrie, désormais sur une phase descendante. En effet, les Etats-Unis et la Russie ont dévoilé ce week-end un calendrier pour le recensement et la destruction des armes chimiques détenues par le régime de Bachar el-Assad, en Syrie.

Commerzbank en veut pour preuve la réduction, sur les marchés de produits dérivés, des positions courtes nettes sur le brut.

Rappelons que le Brent était grimpé à la toute fin du mois d'août jusqu'à plus de 117 dollars alors qu'une intervention militaire de l'OTAN semblait imminente.

Les analystes invitent cependant à ne pas négliger les facteurs haussiers pour le Brent que constituent aussi les problèmes d'approvisionnement en Libye, au Nigeria, en Irak et en mer du Nord.

En Irak, rappelle Commerzbank, les exportations seraient passées sous la barre des deux millions de barils/jour durant le s 12 premiers jours de septembre en raison d'opérations de maintenance des champs pétrolifères. Cette tendance devrait se poursuivre jusqu'à mi-octobre alors que l'Irak, qui produisait 2,3 millions de barils/jour en août, est le 2e exportateur du cartel de l'OPEP.

Tel n'est pas la préoccupation actuelle des marchés, mais chez Saxo Banque aussi on invite à ne pas sous-estimer les problèmes affectant l'offre : “le conflit qui oppose le gouvernement et les gardes de terminaux pétroliers impliquent depuis le mois de juillet la fermeture de plusieurs terminaux faisant par conséquent chuter la production”, rappellent les analystes.

Actuellement, les extractions de la Libye doivent être de l'ordre de 250.000 barils/jour, estime-t-on chez TD Securities, “soit environ 15% des capacités de production du pays”. En mai dernier, ce chiffre était plutôt de l'ordre de 1,3 million de barils/jour.

Enfin, la perspective de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed, aujourd'hui et demain, n'inquiète pas les investisseurs, le ton étant globalement attendu accommodant même si une réduction du montant des rachats mensuels d'actifs obligataires est généralement anticipé.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...