Bourse > Pétrole > Pétrole : le Brent a débordé les 117 dollars
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.42 +0.32 %
49.26Ouverture : 49.53+ Haut : 49.15+ Bas :
+0.32 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 3 095Volume :

Pétrole : le Brent a débordé les 117 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - La montée des tensions autour de la Syrie continuait de tirer le cours du brut vers le haut ce midi. A cette heure sur les marchés pétroliers, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en octobre prenait encore 0,8% à 115,3 dollars, le WTI américain de même échéance gagnant 1% à 110 dollars.

Chez Commerzbank, les analystes soulignent qu'il aura fallu du temps pour le marché se décide à réagir de manière marquée à l'escalade des menaces en Syrie. Mais 'il l'a maintenant fait avec vengeance', le Brent ayant dépassé les 117 dollars ce matin en séance.

“Le risque de guerre en Syrie fait peser un risque de déstabilisation régionale, tant les liens sont forts entre la Syrie et l'Iran. Les occidentaux préparent une série de frappes aériennes et les marchés réagissent avec une hausse du prix du pétrole”, indique Vincent Ganne, analyste chez FXCM.

Et le spécialiste de détailler : “ce n'est pas tant la Syrie qui laisse présager une contrainte d'offre, elle n'est que le 34e producteur mondial. Par contre, la région rassemble les plus gros producteurs et nous savons que la Russie (1er producteur mondial) est opposée à une intervention militaire et l'Iran est le 4e producteur mondial.”

VIncent Ganne conclu alors : “la Syrie est donc l'arbre qui cache la forêt, un conflit va créer de la volatilité sur le marché du pétrole ! La déstabilisation pourrait prendre un caractère international et le cours du pétrole (WTI, le pétrole US) pourrait rejoindre rapidement 120 dollars”, estime le spécialiste.

'Allié de la Syrie, l'Iran a mis en garde contre le recours à des frappes militaires, de même que la Russie. Même les opposants à Assad craignent que cette éventualité de vienne renforce le poids des extrémistes', indique de son côté Commerzbank.

En outre, pour d'autres raisons, la production de la Libye est tombée sous les 200.000 barils/jour, chiffre inférieur de plus d'un million de barils à ce qu'il était en mai.

Les analystes rappellent que lors des deux guerres d'Irak menées par les Etats-Unis, les prix ont commencé par grimper vigoureusement avant de se stabiliser lors du lancement des opérations militaires. 'Mais le risque de réelle pénurie de pétrole est faible étant donné l'importance des capacités excédentaires disponibles', terminent-ils.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...