Bourse > Pétrole wti > Pétrole wti : le Brent à 111 dollars malgré les statistiques
Pétrole WTIPétrole WTI WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
46.52 +1.46 %
45.67Ouverture : 46.52+ Haut : 45.41+ Bas :
+1.86 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 44 378Volume :

Pétrole wti : le Brent à 111 dollars malgré les statistiques

tradingsat

(CercleFinance.com) - Non loin de ses plus hauts niveaux en trois semaines, le Brent ne semblait guère accorder d'importance aux dernières statistiques, pourtant peu engageantes dans l'ensemble. Mardi midi, le contrat sur le Brent de mer du Nord livrable en mai grappillait 0,3% à 111,5 dollars, même si le WTI américain de même échéance cédait symboliquement 0,1% à 97 dollars.

Les cours du brut semblent donc commencer le 2ème trimestre de cette année 2013 sur une tendance positive, 'défiant des chiffres économiques plus faibles que prévu, aussi bien aux Etats-Unis qu'en Chine', soulignent les analystes de Commerzbank.

En effet, l'indice ISM manufacturier américain pour mars, publié hier, a déçu en tombant de 54,2 à 51,3 points alors qu'il était attendu à 54. 'La plupart des composantes d'activité montrent un net ralentissement sur le mois de mars', commente Aurel BGC, qui ajoute : “l'activité dans le secteur automobile est encore solide selon les directeurs des achats, mais les réductions de dépenses du gouvernement américain dans la défense affectent certains secteurs, comme celui des matériels de transport.'

En Chine, l'indice PMI manufacturier de mars a déçu mais à 50,9, il demeure dans la zone témoignant d'une expansion de l'activité. De plus, ce chiffre constitue 'un sommet de 11 mois', note Commerzbank.

Ce matin, les statistiques européennes n'avaient pas plus de raison d'enthousiasmer. Ainsi, le taux de chômage s'est établi à 12% dans la zone euro en février, stable par rapport à janvier, ce qui représente 19,07 millions de personnes.

De surcroît, la contraction se renforce dans le secteur manufacturier de l'Eurozone en mars, d'après l'indice PMI final de Markit. A 46,8 contre 47,9 en février, il se replie pour le deuxième mois consécutif et se maintient ainsi en-dessous des 50 du sans changement depuis août 2011. L'indice s'inscrit cependant au-dessus de son estimation flash (46,6) et sa moyenne pour le premier trimestre (47,5) affiche son plus haut niveau depuis la même période en 2012.

Mais un courtier assène cet ultime argument massue : la production de l'Arabie saoudite reste à de bas niveaux alors que la demande mondiale s'avère plus positive que prévu autant qu'elle semble sous-estimée par de nombreux opérateurs de marché.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI