Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ORPEA

ORP - FR0000184798 SRD PEA PEA-PME
6.868 € -0.55 % Temps réel Euronext Paris

Orpea : Contraint de restructurer sa dette en profondeur, Orpea s'effondre en Bourse

mercredi 26 octobre 2022 à 11h03
Orpea est une nouvelle fois malmené en Bourse

(BFM Bourse) - L’exploitant de maisons de retraite a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi avoir ouvert une procédure de conciliation avec ses créanciers pour renégocier son passif, avec une possible conversion en capital de plusieurs milliards d'euros. Le groupe peine également à mener son programme de cessions d’actifs, en raisons des conditions de marché difficiles et va passer de nouvelles dépréciations.

Suspendue depuis lundi à la demande de l’Autorité des marchés financier, l’action Orpea accuse une dégringolade vertigineuse ce mercredi. L’action plonge ainsi de 32,7% à 9,92 euros vers 10h30, soit la plus forte baisse de l’indice SBF 120, et perd 83% depuis le 1er janvier.

Une réaction logique au vu des annonces effectuées par le groupe. Croulant sous une dette brute de 9,5 milliards d’euros, avec 2,4 milliards à rembourser d’ici décembre prochain, Orpea va discuter avec ses prêteurs pour restructurer son passif.

L’exploitant de maisons de retraite a ainsi annoncé avoir obtenu l’ouverture d’une procédure amiable de conciliation auprès du président du tribunal de Nanterre. "Cette procédure a pour objectif de permettre à Orpea SA d’engager avec ses créanciers financiers des discussions relatives à la restructuration de sa dette financière, à l’obtention de nouveaux moyens financiers et à l’ajustement de ses covenants, dans un cadre stable et juridiquement sécurisé", a indiqué la société.

Une forte dilution à prévoir

Orpea explique que les possibilités envisagées à ce stade incluent notamment la conversion en capital de sa dette non sécurisée, qui représente un total de 4,3 milliards d’euros. Une telle mesure serait ainsi synonyme de forte dilution pour les actionnaires actuels du groupe, dont la capitalisation boursière s'élève à peine à 650 millions d'euros.

"Tous les créanciers d’Orpea n’accepteront probablement pas la proposition de conversion (donc l’ensemble des 4,3 milliards d’euros ne rentreront dans le capital de la société, comparé à sa capitalisation actuelle de 650 millions d’euros), mais un renforcement de capital important et ainsi une forte dilution semble inévitable et impérative si la société compte éviter une faillite", explique Yi Zhong, analyse chez le bureau d'études indépendant AlphaValue.

L’exploitant de maisons de retraite compte également amender ses "covenants", c’est-à-dire des paramètres financiers que le groupe doit respecter à certaines périodes, faute de quoi ses créanciers peuvent exiger le remboursement de leurs fonds prêtés. À titre d’exemple, l’un des "covenants" de la société l’oblige à afficher une dette nette hors immobilier inférieur à 5,5 fois son excédent brut d’exploitation (Ebitda) diminué de 6% du montant de la dette nette immobilière. Orpea estime ainsi ne pas être en mesure de respecter ces "covenants".

Le groupe fait en effet face à des résultats financiers dégradés, avec une rentabilité au premier semestre plombée par les surcoûts à la fois sur l’énergie et la main d’oeuvre. "La tendance baissière de la performance financière des activités observée au premier semestre 2022 se prolonge au second semestre notamment du fait de l’augmentation significative des coûts d’achats du groupe, particulièrement marquée sur l’énergie et les denrées alimentaires", a indiqué sur ce point la société.

De plus, l’évolution des marchés a mis à mal son programme de cessions d’actifs de plus de 3 milliards d'euros annoncé en juin. "Le contexte récent et l’attentisme qu’il induit sur le marché des transactions immobilières compromettent la poursuite de ce programme de cessions d’actifs dans les délais impartis et impactent nécessairement les conditions de liquidité de tels actifs", a prévenu l’entreprise.

"La performance opérationnelle post-scandale d’Orpea a du mal à soutenir ses dettes très élevées et les cessions d’actifs projetées n’ont pas avancé comme prévu. Si les covenants sont prévus pour mai 2023, la société prévoit déjà la nécessité de renégociation à l’avance sa dette, ce qui constitue une mauvaise surprise, surtout considérant le déni du DG la semaine dernière", explique Yi Zhong. Dans un entretien au Revenu le 20 octobre, le directeur général, Laurent Guillot, avait affirmé qu'"il [était] inutile de renégocier nos dettes à l'avance".

"Ces très mauvais signes alertent sur la santé et surtout la viabilité du profil financier d’Orpea, et soulèvent la possibilité de faillite", poursuit Yi Zhong.

Un plan de transformation mi-novembre

Orpea a aussi indiqué anticiper de nouvelles dépréciations d’actifs à fin décembre, qui seraient comprises entre 2,1 milliards et 2,5 milliards d’euros avant impôts. Ces montants incluent notamment la réévaluation du patrimoine immobilier du groupe. D’autres dépréciations pourraient survenir, a prévenu la société.

Orpea a connu un véritable supplice boursier depuis la publication de l’ouvrage Les Fossoyeurs dont les accusations de maltraitance sur ses résidents l’avait notamment amené à confier un audit indépendant à deux cabinets, Grant Thornton et Alvarez & Marsal. Les résultats de cet audit avaient confirmé plusieurs dysfonctionnements, notamment dans la gestion des ressources humaines, mais avaient également écarté l’existence d’un système de rationnement sur l’alimentation fournie aux résidents. En France la justice a ouvert une enquête préliminaire pour maltraitance institutionnelle.

La nouvelle équipe dirigeante d'Orpea doit présenter le 15 novembre un plan de transformation, après avoir pris des premières mesures pour améliorer ses pratiques.

Julien Marion - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ORPEA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application BFM Bourse


Par email

Votre avis
Portefeuille Trading
+315.90 % vs +35.03 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour