Bourse > Onxeo > Onxeo : "La priorité est d'accélérer le développement de nos programmes"
ONXEOONXEO ONXEO - FR0010095596ONXEO - FR0010095596
2.630 € -0.38 % Temps réel Euronext Paris
2.670 €Ouverture : -1.50 %Perf Ouverture : 2.670 €+ Haut : 2.620 €+ Bas :
2.640 €Clôture veille : 60 863Volume : +0.13 %Capi échangé : 124 M€Capi. :

Onxeo : "La priorité est d'accélérer le développement de nos programmes"

Judith GrecietJudith Greciet

(Tradingsat.com) - Onxeo a lancé du 24 novembre au 3 décembre inclus une augmentation de capital à laquelle les actionnaires de la société biopharmaceutique peuvent souscrire au prix de 4,50 euros, à raison de 1 action nouvelle pour 4 actions existantes. Judith Greciet, directrice générale de l'entreprise, nous explique les tenants et les aboutissants de cette levée de fonds.

Tradingsat.com : La trésorerie d’Onxeo était de 20,7 millions d’euros au 30 septembre, vous venez de recevoir 25 millions de dollars de votre partenaire américain Spectrum Pharmaceuticals. Pourquoi lancer cette augmentation de capital ?

Judith Greciet : Le niveau de notre trésorerie est confortable pour une société de biotech, mais le but est de la renforcer pour se donner la capacité d’investir sur le développement et de poursuivre sur notre dynamique. Très simplement, nous avons besoin de démarrer de nouvelles études. Avec la bonne nouvelle des résultats préliminaires positifs de l’essai de phase II avec Validive dans la prévention de la mucite orale sévère, il est important de se donner les moyens d’enclencher une phase III aussi rapidement que possible. La priorité est d’accélérer le développement de nos programmes. Plus ils avancent, plus Onxeo gagne en importance, notamment capitalistique, ce qui nous rend plus forts dans les négociations avec les partenaires potentiels pour nos produits.

Tradingsat.com : Dans quelle mesure la fusion avec le laboratoire danois Topotarget a-t-elle constitué un accélérateur dans le développement d’Onxeo ?

Judith Greciet : L’histoire d’Onxeo – et auparavant BioAlliance – a connu deux grands « catalyseurs ». Le premier tournant a été d’axer nos priorités de recherche et d’investissement dans le domaine des cancers rares. Le deuxième élément de la stratégie était de réaliser une opération de croissance externe d’envergure. Acquérir Topotarget nous a donné une dimension européenne avec une présence permanente au Danemark, des équipes de recherche franco-danoises, des actionnaires danois ou nordiques, ainsi qu’une plus grande visibilité au niveau international en général, et américain en particulier. D’autant que nous avons mis la main par la même occasion sur un médicament important, le Beleodaq, qui a obtenu son autorisation de mise sur le marché immédiatement après la fusion, et qui génère aujourd’hui ses premiers revenus. De plus, le produit garde un potentiel de croissance important car il a également vocation à être développé dans d’autres indications.

Tradingsat.com : Le Beleodaq est destiné à traiter des patients atteints de lymphome à cellules T périphériques en rechute ou réfractaire. Pouvez-vous expliquer ces termes aux non scientifiques ?

Judith Greciet : Le lymphome est un cancer du système lymphatique, qui est au cœur du système de défense du corps humain via un liquide que l’on appelle la lymphe, filtrée dans les ganglions. Le lymphome « à cellules T périphériques » est un lymphome dit « non hodgkiniens », plus difficile à traiter. Le traitement standard est une association de chimiothérapies. Le Béléodaq a obtenu son autorisation de mise sur le marché pour le traitement en seconde ligne pour les patients « en rechute ou réfractaires », c’est-à-dire qu’ils ne répondent pas ou ne supportent pas cette polythérapie. Le produit s’inscrit donc totalement dans notre stratégie axée sur le traitement des cancers de niche, orphelins.

Tradingsat.com : Le choix de Spectrum Pharmaceuticals pour la commercialisation du produit aux Etats-Unis ?

Judith Greciet : C’est un héritage tout à fait positif, cela a constitué l’un des éléments clés qui nous ont conduits à porter notre choix sur Topotarget. Spectrum est un laboratoire américain reconnu, coté au Nasdaq, engagé à la fois dans le développement clinique et la commercialisation. Il détient les droits du Beleodaq pour les Etats-Unis et pour l’Inde. Il faut savoir que Spectrum dispose déjà d’un médicament dans la même indication. Notre partenaire dispose donc d’une force de vente qui connaît les bons interlocuteurs et les différents canaux de médecins. Le démarrage des ventes a d’ailleurs été satisfaisant pour un produit de niche avec un chiffre d’affaires de près 2 millions de dollars au troisième trimestre, pour un lancement en août, ce qui nous permet d’ores et déjà de toucher des royalties.

Tradingsat.com : Pour en revenir à l’augmentation de capital, elle va aussi financer la poursuite de la phase III de Livatag dans le cancer primitif du foie.

Judith Greciet : En effet, outre la préparation de l’étude de phase III de Validive, les fonds levés sont destinés à soutenir l’élargissement de l’étude de phase III avec Livatag dans d’autres pays et d’autres régions. Pour rappel, Livatag est le candidat-médicament le plus avancé de notre portefeuille de médicaments orphelins en cancérologie. Ce portefeuille est au cœur de la stratégie du laboratoire, celui d’où va provenir la croissance de demain. L’étude Relive sur le Livatag a débuté il y a deux ans en France. Le recrutement a été élargi progressivement en Europe et aux Etats-Unis et nous souhaitons l’ouvrir à d’autres pays pour « optimiser » la durée de l’essai. Cela représente un coût que nous pourrons assurer sereinement.

Tradingsat.com : Le Livatag est un médicament nanoformulé. On parle beaucoup de nanomédecine. Qu’apporte la nanotechnologie à votre médicament ?

Judith Greciet : Le principe actif du Livatag est la doxorubicine, un principe actif de chimiothérapie très utilisé dans le traitement du cancer, mais qui n’est pas efficace dans le cancer primitif du foie. Les cellules tumorales savent reconnaître la doxorubicine et l’empêchent de traverser la membrane cellulaire. Le traitement ne peut donc agir. La nanoformulation de Livatag modifie la façon dont la chimiothérapie est présentée à la cellule tumorale, qui va laisser entrer plus facilement le traitement à son insu. C’est un mécanisme de cheval de Troie. Une fois à l’intérieur de la cellule, la doxorubicine va pouvoir agir en se libérant du polymère biodégradable dans lequel elle est encapsulée.

Tradingsat.com : Que signifie la nouvelle recommandation positive que vient de donner le Comité d’Experts indépendants (Data Safety and Monitoring Board, DSMB) pour la poursuite de l’essai sans modification ?

Judith Greciet : Le comité d’experts ne regarde pas les données d’efficacité – qui ne seront connues qu’à l’issue de l’étude fin 2016/début 2017 – mais il analyse uniquement les données de tolérance pour assurer la protection des patients en cas d’apparition d’effets secondaires. Le profil de sécurité de la doxorubicine est connu. Il s’agit donc d’observer si des choses différentes de ce que l’on sait déjà apparaissent avec la nanoformulation. Et pour l’instant, tout se déroule pour le mieux.

Tradingsat.com : Parmi les sociétés de biotechnologie, Onxeo a pour particularité de percevoir des revenus depuis longtemps de la vente de ses produits.

Judith Greciet : A côté de notre portefeuille de médicaments orphelins en cancérologie, nous avons en effet un portefeuille historique de médicaments de spécialités, parmi lesquels le Loramyc (enregistré sur le nom Oravig aux Etats-Unis) a été le premier à générer un chiffre d’affaires. C’est un comprimé gingival muco-adhésif indiqué dans le traitement de la candidose oropharyngée, une infection fongique, chez les patients immunodéprimés. Sitavig, pour le traitement de l’herpès labial, est le deuxième produit de ce portefeuille. Nous percevons des redevances sur les ventes de Sitavig aux Etats-Unis réalisées par notre partenaire Inocutis.

Tradingsat.com : Le dernier mot pour vos actionnaires ?

Judith Greciet : Pour cette levée de fonds, nous tenions à maintenir le droit préférentiel de souscription qui leur évite de subir la dilution liée à l’émission de nouvelles actions. Il était important pour nous de trouver un format qui permette à la fois de permettre aux actionnaires présents depuis longtemps au capital de nous suivre sans être pénalisés, et de donner la possibilité de faire entrer de nouveaux actionnaires institutionnels de moyen terme qui vont pouvoir accompagner la société. Nous y sommes parvenus avec cette offre publique avec DPS tout en obtenant des garanties de souscription à des montants significatifs de la part de trois actionnaires institutionnels importants.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...