Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

OL GROUPE

OLG - FR0010428771 SRD PEA PEA-PME
2.340 € +0.43 % Temps réel Euronext Paris

Ol groupe : Les joueurs de l'OL acceptent de convertir en actions une partie de leur salaire

mardi 9 mars 2021 à 18h00
L'OL va rémunérer en partie ses joueurs en actions

(BFM Bourse) - En difficultés financières en raison de l'absence de recettes liées à la billetterie et du défaut de paiement du diffuseur de la Ligue 1 Mediapro, l'OL a trouvé un accord avec les joueurs et le staff pour convertir entre 5% et 25% de leur rémunération en actions, entre février et juin.

Jean-Michel Aulas l'a déjà prouvé à l'occasion de la construction de son Parc OL de 60.000 places inauguré en 2016 (appelé Groupama Stadium depuis 2017 par contrat de "naming" passé avec la société d'assurance) : il a de la suite dans les idées lorsqu'il s'agit d'ingénierie financière. Si le président de "l'institution OL" (comme il aime à l'appeler) avait alors dû faire preuve d'imagination pour trouver les quelque 290 millions d'euros nécessaires à la réalisation de ce projet (136,5 millions d'euros par emprunts bancaires, 110 millions par emprunts obligataires, 21,5 millions de financement hybride et 20 de financements publics, auxquels s'ajoutaient les 160 millions de fonds propres apportés par l'OL pour un montant total de 160), le contexte actuel le contraint une nouvelle fois à innover pour limiter la casse "dans des circonstances économiques très graves qui touchent l'ensemble du football français" selon le communiqué publié lundi soir.

L'OL, qui cite notamment l'arrêt par l'Etat et/ou par la LFP des compétitions au cours de la saison 2019-2020 et "la décision, toujours par l'Etat, de laisser l'industrie du sport dans l'incertitude sur la fin des matchs à huit clos, pénalisant encore plus les clubs propriétaires de leur stade par l'OL", indique avoir "proposé une mesure novatrice pour permettre à l'ensemble des acteurs sportifs d'investir au côté des actionnaires dans le projet OL".

Concrètement, le club rhodanien explique que les joueurs et joueuses ont accepté "une conversion en actions d'OL Groupe d’une partie de leur rémunération, représentant entre 5 et 25% du salaire, et ce à partir du mois de février et pouvant aller jusqu'au mois de juin 2021". Le communiqué précise que de nombreuses réunions ont été organisées au cours des trois dernière semaines pour aboutir à cet accord, pour l'heure accepté par "50% des effectifs", ce qui démontre "un élan collectif et l’excellent état d'esprit qui règne au sein du club" selon ce dernier. L'OL espère en outre "une adhésion encore plus importante, voire systématique, de la part de ses effectifs professionnels dans les jours et les semaines à venir".

Point important : "L'opération n'aura pas d'effet dilutif significatif" est-il précisé. Ce qui fait dire à Sid Bachir, analyste chez EuroLand en charge du dossier, que celle-ci ne sera "probablement pas financée par la création d'actions mais par le programme de rachat d'actions" entrepris par le groupe depuis 2018. Sid Bachir relève que les actions auto-détenues représentait 2,88% du capital du groupe au 31 décembre dernier, correspondant à environ 1,66 million de titres. Et l'OL a nettement accéléré sur les deux premiers mois de l'année, portant son nombre d'actions auto-détenues à 1,98 million, soit 3,4% du tour de table correspondant à 4,4 millions d'euros au cours de clôture de ce mardi. "Ils devraient tirer sur cette petite enveloppe" avance l'analyste, qui estime que celle-ci correspondra approximativement au montant versé par l'OL à ses salariés en actions.

Un calcul de coin de table révèle de fait que ce montant devrait être compris entre 1,25 et 6,25 millions d'euros (soit une médiane à 3,75 millions) - en prenant en compte les 60 millions d'euros de masse salariale du club sur le premier semestre 2020 (soit 50 millions entre début février et fin juin), qu'il faut diviser de moitié car seulement 50% des salariés ont accepté ce montage. On obtient enfin la fourchette susmentionnée en multipliant ces 25 millions par 0,05 et 0,25, correspondant à la part de la rémunération convertible en actions.

Sid Bachir rappelle que le club disposait de plusieurs options pour faire face à cette situation exceptionnel (stades à huit clos, arrêt de la saison précédente, défaut de paiement de Mediapro), notamment celle de vendre des joueurs. "Le dilemme, c'est que le modèle économique de l’OL implique de participer régulièrement à la Ligue des champions, une absence lors d'une édition représentant rapidement un manque à gagne de l'ordre de 60 à 70 millions d'euros de chiffre d'affaires" sur un exercice souligne-t-il. Autre solution qui s'offrait à l'OL : baisser les salaires, "ce qui reste très compliqué d'un point de vue juridique".

L'opération envisagée par Jean-Michel Aulas et le conseil d'administration constitue "une bonne décision" selon Sid Bachir puisque l'objectif de baisser les dépenses est atteint sans perte de salaire pour les joueurs, celle-ci étant intégralement compensée. "On sait aujourd’hui que l’exercice sera déficitaire mais tout est bon à prendre, et ce n'est pas rien de gratter 3,7 millions sur les charges" insiste l'analyste, qui met en avant le "travail positif du président et du management", l'OL étant le seul club à avoir trouvé une solution alternative à la baisse des salaires.

Cela explique selon lui la réaction positive du titre qui boucle la séance sur une avance de 0,9% consécutive à un gain de 2,3% qui porte son rebond à plus de 10% sur un mois. Le club rhodanien est ainsi valorisé 130 millions d'euros.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur OL GROUPE en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+316.60 % vs +28.46 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat