Bourse > Neopost > Neopost : Neopost veut s'implanter en asie-pacifique par des acquisitions
NEOPOSTNEOPOST NEO - FR0000120560NEO - FR0000120560
40.550 € +1.30 % Temps réel Euronext Paris
40.100 €Ouverture : +1.12 %Perf Ouverture : 40.590 €+ Haut : 39.880 €+ Bas :
40.030 €Clôture veille : 78 162Volume : +0.23 %Capi échangé : 1 402 M€Capi. :

Neopost : Neopost veut s'implanter en asie-pacifique par des acquisitions

tradingsat

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Neopost a l'intention d'acquérir des distributeurs en Asie-Pacifique afin d'obtenir la présence directe qui lui manque dans cette région à fort potentiel de croissance, a déclaré mercredi son PDG Denis Thiery.

Le fabricant de machines d'affranchissement pour le courrier compte également réaliser des acquisitions sur la côte ouest de l'Amérique du Nord et en Europe pour compléter son réseau, a-t-il dit lors d'une conférence de presse consacrée à ses résultats annuels.

Neopost a publié mardi soir des bénéfices conformes aux attentes pour 2010 et dit prévoir pour 2011 une marge opérationnelle courante de 25,5% à 26% contre 25,7% en 2010, avec une croissance de 2 à 4% de son chiffre d'affaires à taux de change constants.

L'action cède 0,80% à 63,35 euros vers 12h00, en l'absence de surprise sur les résultats et perspectives.

Neopost compte acquérir un ou deux gros distributeurs de Neopost en Asie, où des possibilités ont été repérées à Singapour, en Malaisie et en Australie, a déclaré Denis Thiery à Reuters à l'issue de la conférence de presse.

Le groupe vise ainsi 40 à 50 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici 12 à 18 mois dans la région promise à un fort potentiel dans la distribution de courrier et de colis, a-t-il ajouté.

"Notre ambition à court terme est d'établir une présence directe pérenne en Asie", a expliqué le patron de Neopost à Reuters. "L'Asie est suivie depuis Paris, ce n'est pas très pratique (...) et ce n'est pas la bonne façon de développer une région aussi prometteuse que celle-ci".

Neopost a réalisé en 2010 un chiffre d'affaires de 965,6 millions d'euros - contre 5,4 milliards de dollars (3,85 milliards d'euros) pour son principal concurrent, l'américain Pitney Bowes.

Le groupe français, qui réalise 41% de ses ventes en Amérique du Nord contre 26% en France et le reste en Europe, compte entrer sur le marché des petites machines d'affranchissement.

"L'impact favorable sur la performance économique est à notre avis garanti dans le temps, sans apparaître à très court terme", précise dans une note CM-CIC, qui maintient sa recommandation à conserver avec un objectif de cours de 58,50 euros.

Service économique

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI