Bourse > Maisons france > Maisons france : Mfc veut se diversifier et prévoit des acquisitions
MAISONS FRANCEMAISONS FRANCE MFC - FR0004159473MFC - FR0004159473
61.990 € -0.50 % Temps réel Euronext Paris
62.300 €Ouverture : -0.50 %Perf Ouverture : 62.300 €+ Haut : 61.750 €+ Bas :
62.300 €Clôture veille : 1 081Volume : +0.02 %Capi échangé : 430 M€Capi. :

Maisons france : Mfc veut se diversifier et prévoit des acquisitions

Mfc veut se diversifier et prévoit des acquisitionsMfc veut se diversifier et prévoit des acquisitions

par Myriam Rivet et Matthias Blamont

PARIS (Reuters) - Le constructeur de maisons individuelles Maisons France Confort (MFC) se montre optimiste pour l'année 2011 et compte effectuer jusqu'à quatre acquisitions, avant d'envisager une incursion à l'international dans quelques années, a déclaré mercredi son président lors d'une interview à Reuters.

Le groupe, qui revendique la position de numéro un de l'accession à la propriété en France, compte également profiter des opportunités offertes par le marché de la rénovation thermique, grâce à la participation minoritaire qu'il a prise dans la société Rénovert.

Si 2011 sera "moins favorable" que 2010 - marquée par des taux d'intérêts historiquement bas et des aides de l'Etat importantes - "cette année, on va faire une très bonne année", a assuré Patrick Vandromme.

Fin février, MFC affichait une progression de 10% de ses prises de commandes en valeur et mars devrait s'inscrire "dans la même tendance", ce qui augure d'un bon premier trimestre.

"FÉDÉRATEUR DE LA PROFESSION"

Maisons France Confort, dont le principal concurrent est Geoxia Maisons individuelles, compte jouer son rôle de "fédérateur de la profession" dans un secteur très fragmenté dont il détient 6% des parts de marché.

Après avoir repris 100% du capital de la société Logis du Marais Poitevin en fin de semaine dernière, MFC veut poursuivre sa dynamique de croissance externe en 2011, avec "deux (acquisitions) c'est sûr, trois c'est probable et quatre peut-être", a déclaré Patrick Vandromme.

L'objectif reste de cibler principalement des entreprises de petite taille (construisant 50 à 100 maisons par an), dans un périmètre géographique voisin de celui couvert par ses 20 filiales, auxquelles elles seront adossées en conservant leur nom de marque. Mais MFC "regardera tous les dossiers", y compris les gros, a-t-il précisé.

"On va jouer sur la taille mais on va jouer aussi sur l'offre produit", a-t-il ajouté en citant le créneau du haut de gamme.

"Notre premier objectif, c'est vraiment de bien mailler le territoire national, on y arrive et on va continuer à le faire", a assuré Patrick Vandromme en précisant que son groupe réfléchissait désormais à "exporter ce savoir-faire".

"Je pense qu'on essaiera, peut-être dans quelques années, de faire au moins une expérience" hors de France. Ce projet en est encore au stade de la réflexion, mais les marchés suisse, polonais et du Benelux, où l'immobilier est en expansion, pourraient offrir des cibles potentielles.

RÉNOVATION THERMIQUE

La rénovation thermique constitue un autre relais de croissance pour MFC, qui a pris une participation de 39% dans Rénovert, un franchiseur proposant à des particuliers une offre complète pour les travaux de rénovation et d'isolation.

"C'est un énorme marché potentiel, qui est aujourd'hui totalement atomisé" et relève principalement des artisans, a observé Patrick Vandromme.

"Toutes ces réglementations qui vont venir, toute cette tendance vers le développement durable, avec l'augmentation du prix de l'énergie, font que beaucoup de maisons anciennes ou d'appartements anciens vont devenir obsolètes et il va falloir soit les rénover, soit les casser pour reconstruire", a expliqué le PDG de Maisons France Confort, en évoquant un chiffre de 16 millions de logements construits avant 1970.

Cette activité est encore au stade expérimental pour MFC, avec quatre points de vente ouverts en début d'année.

En ce qui concerne la croissance interne, le groupe basé à Alençon (Basse-Normandie) table sur une croissance de son chiffre d'affaires comprise entre 20% et 26% en 2011, au vu des 7.358 prises de commandes recensées en 2010 (soit une hausse par rapport à 2009 de 20,2% en nombre et de 26,7% en valeur).

MFC, qui a publié ses résultats lundi, anticipe une marge opérationnelle comprise entre 6% et 7% cette année (contre 6,3% au deuxième semestre 2010 et 5,6% pour l'ensemble de l'année) et un résultat opérationnel d'environ 35 millions d'euros (après 24,7 millions d'euros en 2010).

Le titre MFC, coté depuis 2000, a clôturé mercredi en baisse de 2,60%, à 37,04 euros, ce qui représente une capitalisation boursière d'environ 265 millions d'euros.

Avec la contribution de Geert de Clercq, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI