Bourse > Lagardere s.c.a. > Lagardere s.c.a. : Lagardère abaisse une nouvelle fois sa prévision 2011
LAGARDERE S.C.A.LAGARDERE S.C.A. MMB - FR0000130213MMB - FR0000130213
27.540 € +0.64 % Temps réel Euronext Paris
27.380 €Ouverture : +0.58 %Perf Ouverture : 27.965 €+ Haut : 27.370 €+ Bas :
27.365 €Clôture veille : 279 063Volume : +0.21 %Capi échangé : 3 611 M€Capi. :

Lagardere s.c.a. : Lagardère abaisse une nouvelle fois sa prévision 2011

tradingsat

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Lagardère a une nouvelle fois mardi revu à la baisse sa prévision de résultat opérationnel pour 2011, toujours plombé par les difficultés de son pôle dédié au sport, ce qui fait dévisser le titre en Bourse.

Le groupe de médias dirigé par Arnaud Lagardère prévoit désormais une baisse de 5% à 12% de son Résop (résultat opérationnel) médias pour 2011, contre un recul attendu entre 5% et 7% fin août.

A 14h06, l'action Lagardère réduisait ses pertes mais dégringolait encore de 6,67% à 18,40 euros après ce nouvel avertissement, signant la plus forte baisse de l'indice SBF 120 (+2,27%). A ce niveau de cours, le titre dévisse de 40,3% depuis le début de l'année, alors que l'indice européen des médias recule de 11,5% dans le même temps.

"Plus on avance dans l'année, plus la guidance est large. Ce n'est pas très rassurant", commente un analyste.

Comme à la fin du premier semestre, Lagardère a imputé la révision à la baisse de sa prévision aux difficultés de Lagardère Unlimited, la plus petite de ses divisions, qui cumule les problèmes : contrats dont la valeur doit être revue en baisse, litiges, notamment en Inde sur le cricket, et contre-performances commerciales.

Lagardère a reconnu que son pôle dédié au sport et au divertissement pourrait terminer l'exercice dans le rouge, très loin des 70 millions d'euros de bénéfices attendus par le marché en début d'année.

"Je suis d'accord que la situation aujourd'hui est mauvaise. Nous sommes très déçus", a déclaré le gérant commandité Arnaud Lagardère lors d'une conférence téléphonique, tout en disant maintenir ses ambitions pour la division dans laquelle plus d'un milliard d'euros ont déjà été investis.

Le groupe a toutefois décidé de geler les acquisitions, y compris certains projets à l'étude, le temps de mener à bien la restructuration d'Unlimited, dont la direction a été remaniée.

Celle-ci promet du mieux pour l'an prochain, ce qui n'empêche pas le marché de s'interroger sur les perspectives de rentabilité à long terme d'une activité qui n'a à ce jour pas encore rapporté d'argent au groupe.

UN 3E TRIMESTRE PLUTÔT RASSURANT

La nouvelle révision à la baisse de la prévision 2011 de Lagardère a largement occulté la performance plutôt rassurante enregistrée par le conglomérat au troisième trimestre.

Sur la période, son chiffre d'affaires consolidé ressort à 1,982 milliard d'euros, en croissance de 1,3% à données comparables, un résultat légèrement supérieur au consensus de cinq analystes qui tablaient sur 1,933 milliard.

Lagardère Active, qui regroupe notamment Paris Match et Europe 1, a ainsi fait mieux que prévu en signant une hausse de 3,9%, dopée par la production télévisuelle.

La division a changé de patron avec la nomination, officialisée lundi, de Denis Olivennes en remplacement de Didier Quillot.

Le pôle édition, en revanche, déçoit avec une baisse de 2,5% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, que le groupe explique principalement par l'impact du développement des livres numériques dans les pays anglo-saxons.

La division Services, qui possède notamment la chaîne de maisons de la presse et librairies Relay, confirme quant à elle sa bonne santé avec une progression de 3,1% à données comparables à 1,011 milliard d'euros, portée par la hausse du trafic aérien mondial.

"Bien que le sport soit négligeable ramené à l'ensemble du groupe, les difficultés actuelles et la révision à la baisse dans cette branche vont probablement avoir un impact négatif pour le sentiment des investisseurs", estiment les analystes d'UBS dans une note, en soulignant que les autres activités du groupe se maintiennent.

Outre les inquiétudes liées au sport, le marché continue de ronger son frein concernant les cessions de participations minoritaires promises par le conglomérat.

Si les négociations avec les actionnaires du Monde ont finalement abouti, la vente des parts dans Marie-Claire, Amaury ou encore Canal+ fait du surplace.

Avec Mehdi-Nicolas El Moueffak, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI