Bourse > Lagardere s.c.a. > Lagardere s.c.a. : L'amf a retenu des griefs sur lagardère mais rien sur l'a380
LAGARDERE S.C.A.LAGARDERE S.C.A. MMB - FR0000130213 MMB - FR0000130213   SRD PEA PEA-PME
27.555 € -0.20 % Temps réel Euronext Paris
27.490 €Ouverture : +0.24 %Perf Ouverture : 27.790 €+ Haut : 27.490 €+ Bas :
27.610 €Clôture veille : 291 344Volume : +0.22 %Capi échangé : 3 613 M€Capi. :

Lagardere s.c.a. : L'amf a retenu des griefs sur lagardère mais rien sur l'a380

tradingsat

PARIS (Reuters) - Lagardère déclare que l'Autorité des marchés financiers ne l'a pas mis en cause dans les retards du très gros porteur A380 d'Airbus dans son rapport définitif sur d'éventuels délits d'initié de la part de dirigeants du groupe EADS.

Dans un communiqué, le groupe Lagardère ajoute toutefois que l'AMF l'aurait mis en cause pour une "divergence entre le plan d'exploitation à trois ans d'EADS et le consensus des analystes pour la même période" et, d'autre part, par le retard dans l'annonce de la nouvelle version de l'A350 le futur long-courrier lancé par Airbus, filiale à 100% d'EADS.

"D'ores et déjà, il apparaît que l'AMF n'a formulé aucun grief contre le Groupe Lagardère du fait des retards de l'A380 et ce, conformément à ce que le groupe Lagardère a toujours défendu", souligne le groupe Lagardère, principal actionnaire privé d'EADS aux côtés du groupe allemand Daimler.

"Selon des informations, le Groupe Lagardère serait concerné d'une part par une divergence entre le plan d'exploitation à trois ans d'EADS et le consensus des analystes pour la même période et d'autre part par le retard dans l'annonce de la redéfinition de l'A350", ajoute-t-il, se déclarant par ailleurs "confiant dans sa capacité à fournir toutes les explications utiles à sa mise hors de cause".

L'AMF a confirmé le même jour ses soupçons de délit d'initié et d'informations trompeuses concernant EADS. L'AMF déclare avoir retenu deux "griefs" dans le cadre de l'enquête sur la vente de titres réalisés par des cadres dirigeants du groupe peu de temps avant l'annonce de nouveaux retards du programme de son très gros porteur A380.

Après avoir examiné lundi le rapport d'enquête définitif, l'AMF a retenu deux griefs : le premier pour "manquement aux obligations de bonne information du marché" et le second "pour manquement à l'obligation d'abstention d'intervention sur le marché du titre pesant sur les personnes détenant une information privilégiée", ce qui constituerait un délit d'initié.

Jean-Michel Bélot

Copyright (C) 2007-2008 Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...