Bourse > Gensight sa > Gensight sa : "Notre valorisation offre une marge de progression importante"
GENSIGHT SAGENSIGHT SA SIGHT - FR0013183985SIGHT - FR0013183985
6.950 € +1.16 % Temps réel Euronext Paris
6.870 €Ouverture : +1.16 %Perf Ouverture : 6.950 €+ Haut : 6.840 €+ Bas :
6.870 €Clôture veille : 396Volume : +0.00 %Capi échangé : 134 M€Capi. :

Gensight sa : "Notre valorisation offre une marge de progression importante"

Bernard Gilly, PDG de GensightBernard Gilly, PDG de Gensight

(Tradingsat.com) - Gensight est devenue en juillet dernier la première société de thérapie génique cotée en Europe avec son introduction sur le compartiment C d’Euronext Paris. Son PDG, Bernard Gilly, également président de Pixium Vision, détaille les ambitions de l’entreprise pour soigner les maladies génétiques de la rétine.

Tradingsat.com : Qu’est-ce que la thérapie génique, quelle est votre approche thérapeutique ?

Bernard Gilly : La thérapie génique consiste à introduire du matériel génétique dans le noyau de cellules cibles pour corriger une anomalie génétique à l’origine d’une pathologie. Nous sommes pour l’instant focalisés sur les maladies de neurodégénérescence de la rétine, des pathologies très graves qui rendent aveugles. Mais nous avons de bonnes raisons de penser que notre technologie pourrait aussi, plus tard, s’appliquer au traitement de certaines autres maladies du système nerveux central.

Tradingsat.com : Où en est le développement de votre produit le plus avancé, le GS010 ?

Bernard Gilly : Deux essais cliniques de phase III sont en cours, à la fois aux Etats-Unis et en Europe. Les résultats devraient tomber au tout début de l’année 2018. Le GS010 vise à soigner la neuropathie de Leber. C’est une maladie très invalidante qui touche de jeunes adultes. Elle commence par une légère baisse de vision dans un œil, puis les choses s’enchaînent très vite. Le deuxième œil est rapidement atteint, la moitié de ces personnes deviennent totalement aveugle en trois mois, 97% en un an. C’est irrémédiable et il n’existe pas de traitement.

Tradingsat.com : Quel est le mécanisme d’action du produit ?

Bernard Gilly : Le GS010 utilise une technologie propriétaire de séquence de ciblage mitochondrial (MTS). Celle-ci permet d’insérer des protéines à l’intérieur des mitochondries, les petites structures qui produisent l’ATP (adénosine triphosphate), le combustible énergétique de nos cellules. Les mitochondries disposent de leur propre génome et se reproduisent à l’intérieur des cellules. Si un gène est défectueux, les mitochondries ne fonctionnent plus correctement. Dans la neuropathie de Leber, les mitochondries ne fabriquent plus l’énergie nécessaire à la cellule. Notre plate-forme permet en somme de délocaliser la production de la protéine dans le noyau des cellules, c’est une technologie unique, qui ouvre la porte au traitement de nombreuses pathologies mitochondriales, comme le syndrome de Leigh, ou la maladie de Charcot.

Tradingsat.com : Quels sont les résultats déjà obtenus ?

Bernard Gilly : Les résultats de la phase I/II ont montré l’amélioration possible de l’acuité visuelle lorsque l’on intervient assez tôt. Pour des patients à un stade de la maladie pas trop avancé, avec un traitement injecté environ 11 mois en moyenne après la première perte de vision, la vision de certains malades s’est améliorée de 30 lettres, soit 6 lignes [sur le tableau des lettres d’ophtalmologie, ndlr]. Bien sûr, les essais ont été menés sur un très petit nombre de patients et les résultats doivent être confirmés.

Tradingsat.com : Qu’est-ce que l’optogénétique, votre deuxième plate-forme propriétaire ?

Bernard Gilly : L’optogénétique utilise la thérapie génique pour transférer dans le noyau des cellules un gène exprimant une protéine photosensible. Lorsqu’elle est stimulée par la lumière, la cellule contenant cette protéine génère un courant électrique selon le même principe que les photorécepteurs. C’est cette propriété que nous utilisons avec notre deuxième produit, le GS030, pour traiter les rétinopathies pigmentaires, des maladies dans lesquelles les photorécepteurs ont totalement disparu. La protéine que nous utilisons, ChrimsonR, affiche un temps de réaction comparable à celui des photorécepteurs.

Tradingsat.com : Où en est le développement du GS030 ?

Bernard Gilly : Nous venons d’obtenir la désignation de médicament orphelin et la classification de médicament de thérapie innovante en Europe pour le traitement de la rétinopathie pigmentaire. Nous lançons ce mois-ci un essai de toxicologie réglementaire préclinique chez le singe pour contrôler l’absence de toxicité aigüe ou chronique. Si les résultats sont bons – et je pense qu’ils le seront – nous passerons en étude clinique de phase I/II chez l’homme dans le courant du troisième trimestre 2017.

Tradingsat.com : Avez-vous des concurrents sur vos technologies ?

Bernard Gilly : Notre technologie pour traiter les maladies mitochondriales comme la neuropathie de Leber a été développée par le CNRS et l’Institut de la vision à Paris. Elle est totalement unique. Nous avons un concurrent en optogénétique qui est la société américaine Retrosense.

Tradingsat.com : Quelle visibilité vous donnent les 45,2 millions d’euros levés pour votre introduction en Bourse ?

Bernard Gilly : Ils doivent nous permettre d’aller jusqu’à fin 2018. Auparavant, si tout se passe bien, nous aurons normalement obtenu les résultats de la phase III début 2018 et disposerons de 6 à 7 mois pour commencer à structurer les aspects commerciaux en vue d’une mise sur le marché à la fin de l’année 2018.

Tradingsat.com : Souhaitez-vous un partenariat ou vendre le produit vous-même ?

Bernard Gilly : Nous sommes partis sur l’idée de vendre nous-même le GS010. La neuropathie de Leber est une maladie rare qui représente de l’ordre de 1500 nouveaux patients par an sur l’ensemble des Etats-Unis et de l’Europe. Aux Etats-Unis, 90% de ces patients sont suivis par 5 ou 6 centres hospitaliers de référence, et en Europe autour d’une dizaine. La structure commerciale nécessaire sera donc à la portée d’une société comme la nôtre. De plus, il s’agit d’une maladie extrêmement brutale, qui nécessite une médecine d’urgence. Donc dès l’instant ou le traitement sera validé, tout patient diagnostiqué devra être traité le plus rapidement possible. Concernant le GS030, le marché des rétinites pigmentaires est beaucoup plus important et représente 300 à 400 mille personnes aux Etats-Unis, pour 1,5 million de personnes atteintes dans le monde. Cela reste une maladie rare, mais avec un ordre de grandeur beaucoup plus important.

Tradingsat.com : Quel est le prix envisagé du traitement ?

Bernard Gilly : Dans les maladies rares aujourd’hui, le prix des médicaments oscille entre 250 000 dollars et 450 000 dollars, par an, pour des traitements à vie. Or notre thérapie génique consiste en une injection qui va permettre une efficacité à très long terme, estimée à plus de 10 ans, peut-être même définitive. Le modèle économique semble donc se rapprocher davantage de celui de la transplantation, dans le sens où notre thérapie génique a vocation à remplacer une fonction perdue, avec un effet prolongé qui peut durer éventuellement jusqu’à la fin de la vie des patients.

Tradingsat.com : Les technologies de Gensight sont-elles concurrentes des systèmes bioniques de restauration de la vision de Pixium Vision ?

Bernard Gilly : L’approche des maladies mitochondriales ne relève pas de la neurostimulation et n’est donc pas du tout concurrente de Pixium. Pour le reste les deux technologies développées par GenSight et Pixium sont complémentaires. La technologie de Pixium consiste en une stimulation tissulaire via des électrodes, alors que l’optogénétique est une stimulation cellulaire, au niveau de la cellule. On peut penser que les implants rétiniens de Pixium s’adresseront aux cas de rétinopathie pigmentaire les plus avancés, alors que l’optogénétique sera sans doute destinée aux patients moins atteints ou pour lesquels les implants ne seront pas possibles.

Tradingsat.com : Qu’est-ce qui distingue Gensight des très nombreuses sociétés de biotechnologies cotées à Paris ?

Bernard Gilly : Nous sommes la première société de thérapie génique cotée en Europe. Par comparaison, au cours des trois dernières années, il y en a eu plus d’une quinzaine aux Etats-Unis, valorisées entre 350 millions de dollars et plus de 1,5 milliard de dollars. A priori, notre valorisation d’introduction de 155 millions d’euros offre donc une marge de progression importante pour les investisseurs. D’autant que nous sommes l’une des rares biotechs à disposer d’un produit en phase III au moment de notre introduction en Bourse.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...