Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

FAURECIA

EO - FR0000121147 SRD PEA PEA-PME
36.920 € +2.16 % Temps réel Euronext Paris

Faurecia : Malgré l'accent mis sur la rentabilité, le cours de Faurecia recule

lundi 27 juillet 2020 à 11h15
Malgré l'accent mis sur la rentabilité, le cours de Faurecia recule

(BFM Bourse) - Malgré la mise en oeuvre de mesures énergiques pour atténuer les dégâts, le premier semestre de Faurecia se ressent fortement de la crise sanitaire, qui a particulièrement frappé l’industrie automobile. Le cours de l'équipementier fléchit dans la mesure où, malgré un vif rebond attendu en deuxième partie d'année, l'ensemble de l'exercice affichera une rentabilité déprimée.

La belle trajectoire d'amélioration de la marge opérationnelle de Faurecia (passée de 4,4% des ventes en 2015 à 7,4% l'an dernier hors Clarion) est vouée à s'interrompre en 2020. Cela n'a évidemment rien d'une surprise alors que le secteur automobile a particulièrement souffert de la crise du coronavirus qui entraîné la fermeture de la plupart des sites de production. Si le groupe tricolore, leader mondial dans ses différentes spécialités (comme les sièges et les modules d'intérieur) prévoit un rebond dès le second semestre, la publication des comptes semestriels vient en quelque sorte cristalliser les attentes pour l'exercice à un niveau déprimé. En repli de 3,25% à 33,62 euros vers 10h30 (après plus de 70% de rebond depuis son point bas de mars il est vrai) le titre en pâtit lundi matin.

Consécutivement à la fermeture temporaire de la plupart des usines de ses clients (Volkswagen, Ford, Renault-Nissan pour les principaux d'entre eux) dans le monde, Faurecia a dû également interrompre la production dans un grand nombre de ses sites au cours de cette période.

Reprise rapide en Chine, plus progressive en Europe et en Amérique du Nord

Parallèlement à l’expansion rapide de la pandémie dans les différentes régions du monde, l’Asie (un cinquième des ventes globales) a été la première région à être touchée avec un point bas des ventes en février, et une reprise progressive à partir de mars. Depuis mai, les ventes de Faurecia en Chine sont supérieures aux niveaux de l’an passé. Deux mois plus tard, l’Europe et l’Amérique du Nord (représentant conjointement trois quarts de l'activité) ont connu un point bas de ventes en avril, avant une reprise progressive à partir de mai. En juin, les ventes en Europe et en Amérique du Nord étaient toutefois encore inférieures à celles de l’année précédente.

Au total, les ventes du premier semestre ont chuté de 35,4 % à périmètre et taux de change constants : -19,7 % au premier trimestre (comme annoncé en avril) et -50% au deuxième.

Face à cette crise inédite, Faurecia a immédiatement mis en œuvre un plan d’action en se concentrant sur trois priorités, la première étant la santé et la sécurité de tous ses collaborateurs, pour préparer la reprise en toute sécurité de la production. La deuxième priorité a été la gestion de la trésorerie. À cette fin, Faurecia a tiré 600 millions d’euros sur sa ligne de crédit syndiqué de 1,2 milliard d’euros, a signé un nouveau "club deal" de 800 millions d’euros et a étendu son programme d’affacturage à l’activité SAS récemment intégrée, et renoncé à verser un dividende au titre du dernier exercice. La troisième priorité a consisté à déployer des actions rapides pour améliorer la résilience du groupe, au-delà de l’amélioration enregistrée depuis mi-2018.

Gestion des coûts

Avec ce plan d’action, le groupe détenu à 46% par PSA a quelque peu contenu la baisse du résultat opérationnel face à la chute des ventes. Les mesures telles que la flexibilisation des coûts de main-d’œuvre et de fabrication, la réduction des dépenses nettes de R&D et le contrôle strict des frais généraux et administratifs ont permis à Faurecia de générer 536 millions d’euros d’économies, qui ont atténué l’impact -estimé à 1,3 milliard d’euros- sur le résultat opérationnel de la baisse du volume des ventes. Au bout du compte, le résultat opérationnel est ressorti en perte de 114 millions d’euros au premier semestre, à comparer à un bénéfice opérationnel de plus de 3 milliards d'euros au cours des six premiers mois de 2019. Le cash-flow net de la période a été négatif à hauteur de 1,045 milliard d’euros par rapport à un flux positif de 257 millions d’euros au premier semestre 2019.

"Je souhaite remercier toutes les équipes de Faurecia pour leur engagement au cours de cette période extrêmement difficile. Le déploiement accéléré de nos initiatives clés en matière de résilience et les actions structurelles supplémentaires vont nous permettre d’accroître davantage notre résilience et de revenir à une rentabilité et une génération de trésorerie solides au second semestre. À moyen terme, nous nous focalisons sur nos priorités clés dans un nouvel environnement de marché post-Covid et nous sommes confiants quant à notre capacité à atteindre notre ambition de rentabilité et de génération de trésorerie pour 2022", a déclaré le directeur général Patrick Koller, cité dans un communiqué.

Au second semestre, le groupe compte poursuivre le déploiement de mesures pour renforcer davantage la résilience, améliorer la génération de trésorerie et maintenir une structure financière saine, en réduisant d'environ 40% ses investissements et son budget de R&D notamment.

Grâce à ces mesures et dans l’hypothèse d'une baisse d’environ 15% de la production automobile mondiale au second semestre 2020 rapport au second semestre 2019 (soit un scénario plus pessimiste que la prévision IHS Markit qui est de -11 %), le groupe table désormais pour le second semestre sur des ventes d’environ 7,6 milliards d’euros assorties d'une marge opérationnelle d'environ 4,5% (ce qui placerait la rentabilité de l'ensemble de l'exercice alentour de 1,4% seulement), et un cash-flow net d'environ 600 millions d'euros.

Retour au niveau de production d'avant-Covid entre 2022 et 2024

À plus long terme, Faurecia fait l'hypothèse d'un retour au niveau de la production mondiale d'avant le Covid-19 à une date comprise entre 2022 et 2024. À l'issue de la crise, un nouvel environnement devrait se dégager avec l’accélération de l’électrification, favorisée par la réglementation sur les émissions de CO2, les primes incitatives et les préoccupations environnementales croissantes, une forte dynamique en faveur de la neutralité carbone via l'hydrogène notamment, et une réduction des investissements dans la conduite autonome, l’accent étant désormais mis sur les niveaux L2 / L2+ (automatisation partielle seulement, sur une échelle allant de 0 à 5). Le groupe s'estime "parfaitement préparé pour saisir les opportunités liées à ces tendances" compte tenu d'une position de leader dans les systèmes de piles à combustible et les réservoirs hydrogène à haute pression et d'une feuille de route visant à atteindre la neutralité carbone.

Avec ces nouvelles hypothèses de production automobile mondiale et grâce à ses initiatives structurelles et de résilience, Faurecia confirme son ambition 2022 de rentabilité et de génération de trésorerie (ainsi que formulée en 2019), malgré des perspectives de ventes inférieures, soit des ventes désormais attendues à plus de 18,5 milliards d’euros contre une prévision initiale supérieure à 20,5 milliards d’euros. La marge opérationnelle à cet horizon est toujours attendue à 8% des ventes, et le cash-flow net à 4%.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur FAURECIA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+333.50 % vs -3.37 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat