Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

FAURECIA

EO - FR0000121147 SRD PEA PEA-PME
30.550 € -3.17 % Temps réel Euronext Paris

Faurecia : Les craintes sur la santé du secteur automobile pèsent en Bourse

vendredi 30 novembre 2018 à 16h15
Patrick Koller (CEO de Faurecia) peut être inquiet, le titre de l'équipementier perd 7%

(BFM Bourse) - Équipementiers et constructeurs automobiles souffrent vendredi à la Bourse de Paris. Ralentissement de la demande chinoise en tête, plusieurs facteurs d'incertitudes pèsent actuellement sur le secteur, souligne HSBC.

En repli de près de 2% vendredi après-midi, le sous-indice du secteur automobile européen Stoxx Europe 600 Automobile & Parts affiche la plus mauvaise performance sectorielle en Europe. Sur les douze derniers mois, il recule d'ailleurs de près de 25%. Composé de 16 valeurs, dont 6 cotées à Paris (Renault, Peugeot, Faurecia, Michelin, Valeo et Plastic Omnium), il reflète les incertitudes sur la santé économique de l'industrie automobile. HSBC se dit d'ailleurs plus inquiet pour le marché automobile européen qu'américain, à cause des relation commerciales tendues avec les États-Unis, des répercussions des nouvelles normes antipollution WLTP ainsi que des risques politiques liées au Brexit.

L'établissement bancaire britannique pointe également du doigt le ralentissement économique potentiel à venir sur le Vieux continent et le manque d'outils dont dispose la Banque centrale européenne pour doper la croissance. Les constructeurs automobiles hexagonaux peuvent toutefois se rassurer car, selon les analystes de HSBC, BMW et Daimler seraient les principales victimes d'un relèvement des droits de douane américains à 25% sur quelque 200 milliards de dollars de produits chinois importés. Pire encore pour les constructeurs allemands, si Donald Trump met à exécution sa menace de tarifs douaniers de 25% sur les importations automobiles allemandes, cela pourrait réduire jusqu'à 10% l'excédent brut d'exploitation de Daimler et BMW.

Ralentissement de la demande chinoise

D'après les données publiées par l'Association chinoise des constructeurs automobiles, les ventes de voitures ont accusé, en octobre, leur quatrième mois consécutif de contraction. Sur fond de ralentissement de la croissance économique chinoise et de guerre commerciale avec les États-Unis, les ventes ont en effet reculé de 11,7% par rapport au mois d'octobre 2017. Dans le même temps, le marché automobile reculait de 7,4% en Europe. Et les perspectives ne semblent guère meilleures pour l'année à venir, selon les analystes de HSBC. "Nous estimons que les ventes mondiales de voitures resteront faibles en 2019 et que le potentiel de rebond des principaux marchés, comme l'Europe et la Chine, est limité" expliquent-ils, précisant qu'une amélioration devrait tout de même intervenir sur le marché au deuxième semestre 2019.

Les six valeurs du secteur dans le rouge à Paris

Le titre le plus touché par ce mouvement baissier est celui de Faurecia, dont HSBC a dégradé le conseil à "alléger" contre "conserver", avec un objectif de cours ramené de 56 à 34 euros. L'action de l'équipementier automobile cède 7,24% à 34,06 euros vers 16h, soit la deuxième plus forte baisse du SRD. Le bureau d'études souligne que "la faible production automobile représente un risque pour les objectifs annuels de flux de trésorerie disponible et que les objectifs pour 2020 sont trop ambitieux si la croissance chinoise faiblit".

Le reste du secteur ne se porte pas beaucoup mieux puisque Michelin cède 0,63% à 91,36 euros vers 16h également, alors que HSBC reste à l'achat sur la valeur mais abaisse son objectif de 130 à 115 euros. Valeo cède pour sa part 2,04% à 25,02 euros à la suite d'une réduction du cours ciblé par HSBC, de 45 à 27,5 euros, tout en gardant son conseil à "conserver". Enfin, parmi les équipementiers, Plastic Omnium (non suivi par HSBC) perd 2,68% à 23,28 euros.

Les constructeurs ne sont pas épargnés non plus. Peugeot, sur qui HSBC ramène son objectif de cours à 24 euros (contre 28 précédemment) avec une recommandation maintenue à l'achat, voit son titre chuter de 1,23% à 19,23 euros. Quant à Renault, seul titre du secteur sur lequel HSBC relève sa recommandation, de "conserver" à "acheter" (avec un objectif cependant réduit de 81 à 75 euros), son titre affiche un repli de 0,67% à 61,98 euros. La firme au losange a d'ailleurs appris ce matin que son ancien patron Carlos Ghosn était maintenu en détention au Japon jusqu'au 10 décembre tandis que des dissensions apparaissent entre la France et le Japon par rapport au rapport de forces au sein de l'alliance.

Quentin Soubranne - ©2018 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur FAURECIA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.60 % vs -4.15 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat