Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

FAURECIA

EO - FR0000121147 SRD PEA PEA-PME
44.660 € +1.82 % Temps réel Euronext Paris

Faurecia : Face à une production automobile plus irrégulière, Faurecia semble démuni

lundi 29 novembre 2021 à 12h05
Les investisseurs délaissent Faurecia

(BFM Bourse) - Au moment où l'équipementier tricolore contemple le 7e rang mondial avec la prochaine acquisition de son concurrent allemand Hella, Faurecia affronte une série de difficultés liées d'une part aux secousses du marché automobile mondial et d'autre part au lancement d'un nouveau programme sur des sièges. Réévalués vers le haut cet été, les objectifs 2021 sont significativement coupés.

Si Faurecia comptait sur l'acquisition du spécialiste allemand des dispositifs d'éclairage Hella pour enfin combler une décote que soulignent de nombreux analystes, mieux vaut pour ses actionnaires s'armer de patience. Après un repli de 12% l'an dernier, la baisse du cours de l'ancienne filiale de PSA est désormais proche de 10% depuis le début de 2021 -à rebours des principaux indices- alors que l'entreprise se retrouve inévitablement affectée par les difficultés de production que l'industrie automobile subit depuis la pandémie.

Faisant déjà l'objet d'une vive correction depuis deux semaines, dont -7,4% lors de la seule séance de vendredi dernier, l'action du groupe nanterrien flanche encore de 5,8% à 38,01 euros vers 10h30 ce lundi, étant donné une révision en baisse des prévisions 2021 (maintenues le mois dernier lors de la publication des résultats du troisième trimestre après un premier abaissement en septembre).

S'il compte toujours surperformer la production automobile mondiale, à hauteur de 600 points de base (soit 6 points de pourcentage), le groupe ne peut qu'acter la nouvelle révision en baisse d'IHS Markit (environ 71 millions de véhicules produits dans le monde cette année, en ajustant la prévision du cabinet avec celle de la China Association of Automobile Manufacturers). En raison du mix géographique de ses ventes, fortement pondéré sur l’Europe, et du mix clients dans cette région (les principales révisons en baisse impactent ses principaux clients dans la région où la production devrait tomber à 6,8 millions de véhicules pour le seul second semestre), Faurecia vise désormais des ventes comprises entre 15 et 15,5 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année, contre "environ 15,5 milliards d’euros" précédemment.

Coûts du nouveau projet sièges dans le Michigan

Outre l’impact mécanique d'une baisse des ventes, le résultat opérationnel de Faurecia sera aussi affecté par des difficultés opérationnelles relatives à un nouveau projet "Seating" (sièges) en phase de lancement dans l’Etat américain du Michigan, déjà mentionnées en octobre, principalement dues au manque de main d’œuvre qualifiée et stable. "Cette situation, qui sera résolue avant la fin de l’année, va générer au quatrième trimestre des perturbations et des coûts additionnels (notamment sous-traitance et coûts de non-qualité) qui dépasseront ce qui avait été initialement estimé", reconnaît la firme.

De plus, "la poursuite d’arrêts/redémarrages de production décidés par les constructeurs automobiles, même si la situation s’améliore progressivement en novembre, réduit la capacité à flexibiliser les coûts", notamment pour ce qui concerne les livraisons en "juste-à-temps".

Dès lors, Faurecia vise désormais une marge opérationnelle d’environ 5,5% des ventes (contre 6 à 6,2% des ventes dans la guidance précédente).

Une gestion des stocks compliquée

Le besoin en fonds de roulement est impacté par les arrêts/redémarrages continuels de production décidés par les constructeurs automobiles qui empêchent une gestion des stocks aussi efficace que planifiée ; il est également impacté par les moindres volumes de ventes des trois derniers mois qui réduisent de façon mécanique la collecte de cash des clients avant la fin de l’année. Faurecia vise désormais un cash-flow net "supérieur à 300 millions d’euros" (contre environ 500 millions d’euros dans la guidance précédente) et un ratio dette nette/Ebitda d’environ 1,6 fois en fin d’année (contre un ratio de 1,5 fois ou moins auparavant).

Ces déceptions interviennent alors que le groupe pense finaliser l'acquisition d'Hella d'ici le début d'année prochaine. Cela représente une opération de taille significative, la valeur d'entreprise retenue étant de 6,7 milliards d'euros, davantage que la capitalisation actuelle de Faurecia (5,2 milliards d'euros ce lundi).

Le groupe combiné deviendra un acteur majeur comprenant six activités, dont cinq d’entre elles - Electronique, Eclairage, Sièges, Intérieur, Mobilité Durable - dépasseront 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires. L’activité "Lifecycle Value Management" nouvellement créée a aussi pour ambition de se développer rapidement pour atteindre une position de leader.

Guillaume Bayre - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur FAURECIA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.60 % vs +44.90 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat