Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

FAURECIA

EO - FR0000121147 SRD PEA PEA-PME
44.920 € -2.71 % Temps réel Euronext Paris

Faurecia : Bientôt indépendant, Faurecia dévoile ses ambitions d'ici à 2025

lundi 22 février 2021 à 12h25
Avant de devenir indépendant, Faurecia dévoile ses ambitions

(BFM Bourse) - L'équipementier automobile à qui Stellantis va bientôt rendre son indépendance a mieux terminé 2020 que prévu et livre de solides perspectives pour cette année et au-delà... Ce qui n'empêche pas des prises de bénéfices en Bourse après un bond de 4,55% vendredi.

Tandis que Stellantis, le groupe issu de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler Automobile (FCA), proposera à ses actionnaires lors d'une AG extraordinaire convoquée le 8 mars de leur distribuer directement sa participation de 39% au capital de Faurecia (Exor, la famille Peugeot, Bpifrance et Dongfeng ayant accepté de conserver les titres reçus au moins six mois), l'équipementier automobile a présenté lundi sa feuille de route d'ici à 2025, en sus de la publication de ses résultats annuels.

Après un premier semestre très fortement pénalisé par la pandémie de Covid-19, pendant lequel Faurecia a été amené à interrompre la production dans un grand nombre de ses sites -ceux de ses principaux clients étant fermés- la production automobile mondiale a commencé à se redresser au troisième trimestre pour retrouver une légère progression au quatrième (+2,9% par rapport au 4e trimestre 2019 à 22,4 millions de véhicules). Dans ce contexte, Faurecia a enregistré sur l'ensemble de l'exercice écoulé un chiffre d'affaires de 14,654 milliards d'euros, en baisse de 17,5% (-19,6% à périmètre et changes constants).

Un carnet de commandes plein à craquer

En parallèle, l'équipementier a enregistré 26 milliards d'euros de nouvelles commandes, un nouveau record, portant à 72 milliards d'euros le montant total cumulé sur les trois dernières années "ce qui représente une poursuite des gains de parts de marché et ouvre des perspectives de croissance future rentable", a-t-il souligné.

Le résultat opérationnel 2020 s'est établi à 406 millions d'euros (à comparer à 1,283 milliard d'euros en 2019), soit 2,8% des ventes, reflétant la perte opérationnelle (-114 millions d'euros) du premier semestre suivie d'un solide redressement au second (+520 millions). De son côté le résultat net est ressorti en perte de 379 millions d’euros, à comparer à un bénéfice de 590 millions d’euros en 2019.

Petit exploit cependant, expliqué en grande partie par la baisse des investissements, la firme n'a pas brûlé de cash à l'échelle de l'exercice, dégageant un cash-flow net légèrement positif de 6 millions d’euros (contre 587 millions en 2019). En effet, après avoir consommé 1,045 milliard au premier semestre, Faurecia a réussi à dégager un cash-flow net de 1,051 milliard d'euros au second semestre. Soit davantage que l'objectif communiqué par la direction d'au moins 700 millions d'euros pour la deuxième moitié de l'année.

Retour du dividende

Sur ces bases, le conseil d’administration propose de rétablir le dividende, après avoir fait l'impasse l'an dernier, en versant 1 euro par action. Une décision qui vise à traduire "la confiance de Faurecia dans ses perspectives de croissance rentable et de génération de trésorerie".

Cette année, Faurecia anticipe des ventes d'au moins 16,5 milliards d'euros -en incluant un effet périmètre négatif d'environ 610 millions d'euros et environ 480 millions d'euros liés aux devises, sur la base des parités de ce début d'année- assorties d'une marge opérationnelle d’environ 7%, proche des niveaux pré-Covid. Le groupe cible en outre un cash-flow net de l’ordre de 500 millions d’euros. Ces objectifs reposent sur l'hypothèse d'un rebond de la production automobile mondiale à 76,6 millions de véhicules en 2021, soit une hausse de 8% par rapport à 2020, ce qui est plus prudent que les dernières prévisions d'IHS Markit de 80,9 millions de véhicules "car il y a encore des incertitudes qui pèsent sur le premier semestre 2021, principalement liées à la Covid-19 et à ses variants ainsi qu'à la pénurie de composants électroniques, même si celle-ci pourrait être résorbée au second semestre 2021", explique le groupe.

Dans le cadre de son Capital Markets Day, qui se tiendra en ligne ce lundi après-midi, Faurecia détaille par ailleurs ses ambitions à partir de l'année prochaine et jusqu'à 2025. "Malgré la crise économique actuelle, Faurecia a poursuivi le déploiement de sa stratégie axée sur le cockpit du futur et la mobilité durable. Nos solides investissements dans l'innovation, soutenus par un écosystème hors pair, permettront à chacune de nos activités d'augmenter le contenu par véhicule et notre part de marché. Globalement, le groupe devrait fortement surperformer le marché au cours des cinq prochaines années, et Faurecia est particulièrement bien placé sur les segments à forte croissance des véhicules haut de gamme, électriques et utilitaires, ainsi qu'en Chine", a affirmé à cette occasion le directeur général Patrick Koller.

"Alors que la mobilité hydrogène se développe rapidement, nos investissements dans les technologies de piles à combustible nous permettront de nous hisser au rang de leader à la fois dans le domaine des systèmes de stockage à hydrogène et dans celui des piles à combustible grâce à Symbio, notre co-entreprise avec Michelin", précise-t-il.

Une volonté de surperformer le marché

À quelques semaines de la redistribution par Stellantis directement à ses actionnaires de sa participation dans Faurecia à ses actionnaires, le dirigeant y voit une opportunité pour augmenter le flottant, améliorer le profil de l'entreprises auprès des marchés financiers et lui permettre d'affirmer sa stratégie commerciale en tant qu'entreprise indépendante. "À l'aube d'un nouveau chapitre de notre histoire, nous envisageons cet avenir durable et ambitieux avec enthousiasme".

Les ambitions de Faurecia sont donc d'enregistrer une surperformance annuelle moyenne de ses ventes supérieure de 5 points de pourcentage par rapport à la production automobile globale sur la période 2020-2025 (l'hypothèse sous jacente est celle d'une production automobile mondiale de 82,3 millions de véhicules en 2022 et de 90,9 millions en 2025, soit une croissance annuelle de 5,2% en moyenne) pour atteindre au moins 18,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires l'an prochain et au moins 24,5 milliards d'euros en 2025. La marge opérationnelle est attendue à 8% l'an prochain, et au-delà de ce niveau d'ici 2025.

Faurecia estime enfin que son cash-flow net atteindra 4% des ventes en 2022 et près de 4,5% en 2025, porté notamment par une rentabilité accrue, une sélectivité dans les dépenses d'investissement et une amélioration du besoin en fonds de roulement. Au total, le groupe compte générer un cash-flow net cumulé de plus de 4 milliards d'euros d'ici à 2025. La stratégie d'allocation du cash-flow est maintenue : 40% dédiés aux dividendes (et aux rachats d'actions) et 60% dédiés au désendettement et aux acquisitions. "Avec une structure financière saine et en poursuivant son désendettement, le groupe affichera un ratio dette nette/Ebitda en fin d’année d'environ 1 fois à partir de 2022".

En Bourse, le titre Faurecia essuyait vers 12h00 un repli de 2,74% à 45,37 euros, effaçant une partie du bond de 4,55% enregistré vendredi. La capitalisation atteint 6,22 milliards d'euros.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur FAURECIA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+320.30 % vs +16.33 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat