Bourse > Diaxonhit > Diaxonhit : 'poursuivre notre croissance en Europe'
DIAXONHITDIAXONHIT ALEHT - FR0004054427ALEHT - FR0004054427
0.250 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
0.250 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 0.250 €+ Haut : 0.240 €+ Bas :
0.250 €Clôture veille : 109 335Volume : +0.06 %Capi échangé : 47 M€Capi. :

Diaxonhit : 'poursuivre notre croissance en Europe'

tradingsat

(CercleFinance.com) - Diaxonhit a réussi un exercice 2014 encourageant. Son président Loïc Maurel s'est confié à notre rédaction.



Cercle Finance: Vous avez publié récemment vos comptes annuels, marqués entre autres par une réduction de 8,5% de votre perte nette à 5,5 millions d'euros. Pouvez-vous commenter ?


Loïc Maurel: 2014 est un exercice qui a vu notre rentabilité opérationnelle notablement améliorée avec un résultat opérationnel de -5,4 millions d'euros, en progression de +21% par rapport à 2013. Le résultat net a également progressé, de 8,5% à -5,5 millions d'euros, tandis que notre consommation de trésorerie a diminué de près de 30%. Ces résultats sont la conséquence d'une gestion rigoureuse des dépenses et de la croissance de nos ventes de produits de diagnostic, en croissance de +5,9% par rapport à 2013, dans un marché global du diagnostic resté stable en Europe.

Cette performance souligne la force du positionnement du groupe dans le diagnostic in-vitro de spécialités.



C.F.: A quels facteurs attribuez-vous la hausse de vos revenus, alors même que le secteur du diagnostic stagne ?


L.M.: Il est important de dissocier le diagnostic de commodités (glycémie, cholestérol, etc.), très compétitif, du diagnostic de spécialités (transplantation, cancers, maladies infectieuses), segment dans lequel nous sommes. Le diagnostic de spécialités est en effet un marché plus dynamique, moins concurrentiel et au sein duquel l'innovation joue un rôle primordial, un secteur tiré par des besoins médicaux insatisfaits très importants et avec des marges supérieures.

Nous développons et commercialisons des tests mini-invasifs, simples, efficaces et rapides à mettre en oeuvre, comme notre tout nouveau test BJI Inoplex dans le domaine des infections osteoarticulaires sur prothèse, qui permet d'éviter des ré-interventions chirurgicales et antibiothérapies inutiles.



C.F.: Comment se passe l'intégration d'InGen BioSciences ?


L.M.: C'est déjà loin et nous avons fait la preuve de notre capacité à intégrer des cibles, qui plus est de taille importante. Cette acquisition nous a permis d'une part de nous doter d'une force de vente en France et d'autre part de générer d'importantes synergies, notamment en mutualisant nos équipes de R&D avec celles d'Ingen sur un seul et même site.



C.F.: Une collaboration avec une entreprise pharmaceutique majeure est-elle envisageable à moyen terme ?


L.M.: Diaxonhit dégage plus de 28 millions d'euros de chiffre d'affaires par an, ce qui lui assure une autonomie financière. Toutefois des collaborations avec des entreprises pharmaceutiques sont envisageables en R&D, en particulier pour la mise au point de diagnostics compagnons dans le cadre du développement de la médecine personnalisée.



C.F.: Envisagez-vous de procéder à une voire à des opérations de croissance externe dans les mois à venir ?


L.M.: Cela fait effectivement partie de notre stratégie de développement, d'autant que la tendance du secteur est à la consolidation. Nous regardons donc régulièrement des dossiers concernant soit des entreprises, soit des lignes de produits et nous comptons être un acteur important du secteur. En termes de timing, il est en revanche toujours difficile d'être précis sur ces sujets.



C.F.: Quelles sont vos perspectives de développement sur le Vieux Continent ?


L.M.: Nous avons commercialisé l'an passé plus de 2.500.000 tests de diagnostic et réalisé un chiffre d'affaires de près de 28 millions d'euros ce qui place Diaxonhit parmi les cinq principaux acteurs français du diagnostic en France. Notre ambition est de poursuivre notre croissance en Europe et de devenir l'un des leaders dans le diagnostic de spécialités.

C'est pourquoi nous investissons en R&D et en marketing, pour enrichir notre portefeuille de produits propriétaires et étendre notre palette de tests. Par exemple, le test Allomap - test sanguin d'expression génomique pour surveiller les rejets cellulaires aigu chez les transplantés cardiaques -, et BJI Inoplex qui vient de rentrer en commercialisation - premier et unique test détectant à partir d'une simple prise de sang les infections osteo articulaires sur prothèses - , sont des produits innovants.

Ils illustrent la montée en puissance que nous allons déployer en Europe puis dans le monde à travers un réseau de distributeurs spécialisés.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...