Bourse > Diagnostic medical > Diagnostic medical : 'l'international, une priorité sur le plan commercial'
DIAGNOSTIC MEDICALDIAGNOSTIC MEDICAL DGM - FR0012202497DGM - FR0012202497
1.820 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
1.840 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 28 M€Capi. :

Diagnostic medical : 'l'international, une priorité sur le plan commercial'

tradingsat

(CercleFinance.com) - Jean-Paul Ansel, PDG de Diagnostic Medical Systems (DMS), spécialiste des équipements médicaux, répond aux questions de Cercle Finance, concernant les perspectives du groupe.

Cercle Finance: DMS a dévoilé dernièrement des pertes semestrielles accrues et un chiffre d'affaires du troisième trimestre de 4,9 millions d'euros, contre 8,5 millions d'euros un an plus tôt, pénalisé par une base de comparaison défavorable, en raison d'une importante commande de tables de radiologie en Russie au troisième trimestre 2012. Comment expliquez-vous ces performances?

Jean-Paul Ansel: Pour bien comprendre nos performances, il faut avoir à l'esprit la profonde transformation qu'il a été nécessaire d'engager au cours des dernières années. Fin 2009, DMS se trouvait dans une situation délicate : déficitaire, à court de liquidité, manquant de crédibilité, et proposant des produits soit partiellement dépassés soit trop coûteux.

Afin de remettre sur pied la société, il a fallu repenser l'ensemble de l'activité, changer une grande partie de l'équipe dirigeante, renouveler la gamme d'équipements et mettre en oeuvre une phase de restructuration drastique, qui s'est déroulée de 2010 à 2012, tout en faisant des efforts commerciaux importants dans des conditions difficiles. Cela nous a permis de renouer avec une forte croissance de 78% sur la période, avec un chiffre d'affaires passé de 15,7 millions d'euros en 2009 à près de 28 millions d'euros en 2012.

A ce jour, le processus de restructuration est achevé à l'exception encore de quelques ajustements ponctuels qu'il va être nécessaire de mener d'ici la fin de l'exercice.

L'exercice 2013 constitue donc une année de transition, marquée surtout par l'absence de commandes à ce jour d'un des principaux donneurs d'ordre du marché européen qui pénalise temporairement DMS et tous les acteurs du secteur.

CF: Quels grands chantiers, destinés à soutenir la croissance des ventes et à renouer avec la profitabilité, allez-vous lancer dans les prochains mois?

J-PA: Nous allons essentiellement dans quatre directions, à commencer par la commercialisation en 2014 de notre table de radiologie haut de gamme, la Platinum, sur deux marchés majeurs, les Etats-Unis et la Chine dès obtention des autorisations.

Un autre axe consiste en la finalisation de notre gamme de produits, notamment à travers le lancement d'une table 'cost efficient' en 2014. Sur ce point, il faut garder à l'esprit que dans notre secteur les processus sont très longs et coûteux et peuvent aller jusqu'à cinq ans entre les premiers développements et la commercialisation. Mais nous serons ainsi en position de pouvoir envisager en 2015 un accord de distribution avec une multinationale qui commercialiserait les produits DMS en marque blanche (NDLR : sous son nom propre).

En outre, nous poursuivrons nos efforts de productivité afin de nous permettre d'envisager d'augmenter sensiblement notre production annuelle, sans effectifs supplémentaires.

Enfin, nous nous emploierons à réduire significativement notre prix de revient industriel, dans la mesure où 40% des équipements de tables à rayons X composant la nouvelle gamme seront communs et cela devrait même monter jusqu'à 60% à terme.

Par ailleurs, nous n'excluons pas de réaliser une acquisition sur le Vieux Continent, pour renforcer notre coeur de métier, à savoir les équipements médicaux.

CF: En terme de développement à l'international?

J-PA: Il s'agit d'une priorité sur le plan commercial. Le groupe est déjà présent dans plus de 130 pays, mais pas aux Etats-Unis, ni en Chine, deux zones clés pour les marchés de la radiologie. En revanche, nous sommes déjà n°2 en Chine sur le marché de l'ostéodensitomètrie.

DMS a initié, en 2012, des démarches d'homologation avec pour ambition de pénétrer ces marchés à fort potentiel grâce à l'obtention de mise sur le marché de la table de radiologie haut-de-gamme Platinum aux Etats-Unis et en Chine.

Nous espérons recevoir le feu vert aux Etats-Unis en fin d'année 2013 ou dans le courant du premier trimestre 2014, et en Chine au cours de l'année 2014.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...