Bourse > Dassault aviation > Dassault aviation : La signature du Rafale avec l'Inde pourrait être retardée
DASSAULT AVIATIONDASSAULT AVIATION AM - FR0000121725AM - FR0000121725
1 254.650 € +1.43 % Temps réel Euronext Paris
1 234.250 €Ouverture : +1.65 %Perf Ouverture : 1 254.750 €+ Haut : 1 234.250 €+ Bas :
1 237.000 €Clôture veille : 10 793Volume : +0.13 %Capi échangé : 10 352 M€Capi. :

Dassault aviation : La signature du Rafale avec l'Inde pourrait être retardée

La signature du Rafale avec l'Inde pourrait être retardéeLa signature du Rafale avec l'Inde pourrait être retardée

NEW DELHI (Reuters) - Les négociations pour l'achat par l'Inde de 126 Rafale à Dassault Aviation pourraient être retardées car les deux parties peinent à trouver un accord sur le rôle de l'entreprise publique Hindustan Aeronautics (HAL), ont déclaré vendredi deux sources proches du dossier.

L'avionneur français est entré en négociations exclusives avec New Delhi en janvier 2012 en vue de remporter cette commande géante estimée à 15 milliards de dollars (11,6 milliards d'euros), l'un des plus gros contrats du moment dans la défense mais qui reste encore à finaliser.

Selon les termes initiaux des négociations, Dassault Aviation est censé fournir 18 chasseurs construits en France et laisser HAL construire les 108 autres en Inde.

Mais Dassault Aviation souhaite signer deux contrats séparés, l'un concernant les 18 premiers appareils, l'autre les avions restants, ce à quoi s'oppose New Delhi d'après cette source du ministère de la Défense qui suit le dossier.

"Dassault dit que HAL n'a pas la capacité ni les compétences pour assembler l'appareil", a dit ce responsable, qui a souhaité conserver l'anonymat.

"HAL est notre principal partenaire du secteur public. Si nécessaire, la capacité et les compétences peuvent être renforcées. Mais la proposition de deux contrats n'est pas acceptable pour le gouvernement indien."

Selon cette source, ce différend va probablement retarder la conclusion du contrat sans le remettre en cause. Des responsables du ministère indien de la Défense avaient dit à Reuters en février qu'ils espéraient une signature du contrat en juillet.

"Ce type de contrat est complexe. Le désaccord porte sur le fait de savoir qui garantit la qualité des avions construits en Inde, HAL ou Dassault. Ce problème freine les négociations", a dit une source proche du dossier.

DIFFICULTÉS CHEZ HAL

Un porte-parole de Dassault Aviation s'est refusé à tout commentaire sur l'avancée des négociations, tout en réaffirmant que le groupe espérait une signature du contrat avant la fin 2013.

Le journal Indian Express rapporte, sans citer de sources, que les négociations entre le groupe français et le gouvernement indien sont totalement interrompues en raison de ce désaccord.

Un porte-parole du ministère indien de la Défense n'a pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat.

Selon l'accord préliminaire en discussion actuellement, HAL construira 108 Rafale en Inde à l'aide de pièces livrées par Dassault Aviation et ses partenaires, les équipementiers Thales et Safran.

L'Inde, premier importateur mondial d'armements, compte dépenser environ 100 milliards de dollars au cours de la décennie à venir pour moderniser son matériel militaire, qui date pour l'essentiel de l'ère soviétique.

Mais le ministère indien de la Défense a récemment souligné sa volonté d'accroître la fabrication en Inde de matériel militaire, ravivant les interrogations sur le capacité des entreprises indiennes à construire des équipements nécessitant des technologies avancées et des ingénieurs très qualifiés.

Dassault Aviation a manifesté des doutes les capacités technologiques de HAL pour fabriquer le Rafale, avait déclaré en février un responsable du ministère indien de la Défense. Le programme de HAL pour construire des centres de formation de pilotes de haut niveau accuse plusieurs années de retard.

Le Rafale l'a emporté sur le Typhoon du consortium Eurofighter, coentreprise entre EADS, le britannique BAE Systems et l'italien Finmeccanica.

Nigam Prustry, Anurag Kotoky, avec Cyril Altmeyer, Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...