Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CYBERGUN

ALCYB - FR0013505583 SRD PEA PEA-PME
0.002 € +5.26 % Temps réel Euronext Paris

Cybergun : Entretien avec jérôme marsac

jeudi 27 décembre 2007 à 15h04
BFM Bourse

(Cercle Finance) - Cercle Finance: Vous reconnaissez vous-même avoir enregistré un premier semestre 'décevant' sur le plan des résultats. Quels sont les facteurs qui ont le plus pesé sur ces performances?

Jérôme Marsac: Plusieurs facteurs sont entrés en jeu. Je dois d'abord rappeler que les consoles de jeux vidéo - avec notamment le succès de la Wii, de la Playstation 3 ou la Xbox 360 - demeurent notre principale source de concurrence auprès du jeune public. En ce sens, l'arrivée des consoles de troisième génération a certainement constitué l'élément le plus défavorable en termes de résultats au cours du semestre écoulé. D'autre part, le climat économique s'est subitement dégradé aux Etats-Unis, où nous avons accusé une décroissance des ventes sur les six premiers mois de l'exercice. Il est vrai que, par souci de prudence, notre réseau de distribution a ralenti ses commandes, préférant réduire ses niveaux de stocks. Cette tendance ne pouvant durer éternellement, l'effet négatif devrait progressivement s'estomper et je crois que nous retrouverons un peu plus de visibilité d'ici à la fin de l'exercice, puis au début du prochain exercice.

CF: Vous aviez généré une croissance de l'activité de 21% sur l'exercice 2006/2007. Pouvez-vous formuler un objectif pour l'exercice en cours?

JM: Je rappelle que notre croissance est impactée par l'évolution défavorable du change euros dollars. Sur le premier semestre, nous avons ainsi réalisé une croissance de 9% (15% à taux de change constant). Il est difficile de se prononcer sur un atterrissage précis pour la fin de l'exercice et nous affinerons nos anticipations à la publication de notre chiffre d'affaires du 3ème trimestre le 21 janvier prochain. En revanche, nous mettons tout en oeuvre pour nous donner les moyens de retrouver un niveau de croissance d'au moins 15% sur l'exercice suivant. Je crois qu'il faut vraiment considérer l'exercice 2007/2008 comme un exercice de transition, surtout compte tenu de la faiblesse du dollar.

CF: Quelles sont vos perspectives en termes de marges?

JM: L'intégration de Palco, dont la marge brute est historiquement plus faible, nous a contraints à revenir à une marge brute de 44,5% au dernier semestre. Mais Palco va bénéficier progressivement de la puissance d'achat de Cybergun et notre objectif est de retrouver dès l'année prochaine un niveau de marge proche de 50% sur l'ensemble de notre groupe à l'image de ce que peuvent afficher des grands groupes comme Hasbro ou Mattel. Nous avons adapté par ailleurs nos coûts de structure au ralentissement momentané de notre activité, une réactivité rendue possible par la flexibilité de notre modèle, et nous nous attendons à une nette amélioration dès le second semestre. Notre objectif pour les exercices suivants est de retrouver rapidement au minimum le niveau de rentabilité atteint en 2006-2007.

CF: Comptez-vous maintenir le paiement de dividende malgré la 'difficulté' qui caractérise l'exercice en cours?

JM: Cela fait onze exercices que nous distribuons un dividende à nos actionnaires, à la seule exception de l'exercice 2005-2006. Nous prendrons notre décision sur le dividende 2007/2008 lors de l'été prochain lors de la publication de nos résultats, mais nous avons l'intention de poursuivre notre politique dans ce domaine lors des prochaines années.

CF: Les perspectives de votre métier sont-elles bonnes?

JM: Nous pouvons nous montrer confiants. Selon le site américain Promotion World, nos répliques Airsoft étaient classées dès le début du mois de décembre à la deuxième place du classement des jouets les plus demandés chez les garçons, juste après les jouets Lego. Aux Etats-Unis, les difficultés que nous connaissons dans les magasins discount sont compensées par la vigueur de nos ventes chez les détaillants plus spécialisés, comme les enseignes sportives. Plus globalement, nous misons beaucoup sur le 'reste du monde', qui représente aujourd'hui 6% de notre chiffre d'affaires total, contre 2% il y a un an. Les pays de l'Europe de l'Est et de la zone BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) nous semblent également très prometteurs. Par ailleurs, nous sommes en train de finaliser le rachat de Tech Group, spécialisé dans le paintball 'junior', qui va nous permettre de nous diversifier à la fois géographiquement et commercialement tout en bénéficiant d'économies d'échelles importantes.

CF: Quel regard portez-vous sur l'actuelle structure du capital?

JM: Je possède à titre personnel près de 43% des actions Cybergun, tandis que le reste du management contrôle environ 6% du capital, ce qui fait que le public détient aujourd'hui 51% du capital. A mon sens, le niveau de valorisation est faible aujourd'hui. Je suis d'ailleurs convaincu que notre groupe dispose de nombreux atouts pour délivrer une croissance forte couplée à une rentabilité élevée. Reste à le démontrer à nos actionnaires lors des prochaines années.

Copyright (c) 2007 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur CYBERGUN en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+327.20 % vs +12.89 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat