Bourse > Cgg > Cgg : Les spéculations s'intensifient autour de CGG
CGGCGG CGG - FR0013181864CGG - FR0013181864
4.890 € +2.09 % Temps réel Euronext Paris
4.730 €Ouverture : +3.38 %Perf Ouverture : 5.050 €+ Haut : 4.610 €+ Bas :
4.790 €Clôture veille : 925 264Volume : +4.18 %Capi échangé : 108 M€Capi. :

Cgg : Les spéculations s'intensifient autour de CGG

(Tradingsat.com) - En l'espace de trois séances, l'action CGG s'est envolée de près de 90% sur fond de rumeurs de rachat. Pas de quoi redonner le sourire aux actionnaires qui ont quasiment tout perdu.

Les spéculations autour de CGG vont bon train. Après avoir grimpé de 14,04% mardi, 26,73% mercredi matin, le titre du parapétrolier prend plus de 30% ce jeudi dans d'importants volumes d'échanges (plus de 30% du capital échangé), portant sa hausse depuis le début de la semaine à près de 90%. À l'origine de cette montée, des rumeurs sur un possible intérêt du chinois Sinopec. Difficile toutefois de dire si cette information est crédible étant donné qu'"aucune source précise n'a vraiment fuité", expliquait l'analyste Andréa Tueni mardi dernier.

Ce n'est pas la première fois que des rumeurs de rachat autour du groupe enflamment les investisseurs. Technip par le passé, ou certaines "big oil" récemment semblaient intéressés à l'idée de récupérer le savoir-faire de CGG, mais la dette de plus de 2 milliards en a effrayé plus d'un. Et pas sûr également que l’État, qui à travers Bpifrance détient 10% du capital, soit enclin à céder sa participation, acquise début 2016, à des niveaux historiquement faibles. Car, malgré son envolée, l'action du parapétrolier reste encore en baisse de près de 60% depuis le 1er janvier (-98% sur 5 ans!) pour une capitalisation de seulement 130 millions d'euros, contre une valorisation de 6 milliards dix ans plus tôt.

Accord avec les créanciers sur la dette

En mai dernier, après de longs mois de négociation, CGG avait enfin trouvé un accord de principe avec ses principaux créanciers en vue de réduire sa dette. Ce plan, qui prévoyait notamment la conversion d'emprunts en fonds propres et une augmentation de capital de 125 millions de dollars, doit encore être approuvé par l'assemblée générale des actionnaires fin octobre, étape clé pour assurer le futur de l'entreprise. En attendant, les comptes continuent de se dégrader publication après publication.

En dépit d'une croissance retrouvée au deuxième trimestre (+21%) et d'un Ebitda solide (+16% à 120 millions de dollars), l'ex-star du CAC 40 a publié une perte nette de 170 millions de dollars lors du dernier trimestre. Pire, sa situation financière reste toujours très tendue avec un cash-flow libre négatif de 24 millions de dollars sur le trimestre écoulé et une dette nette qui continue de grimper à 2497 millions de dollars à fin juin, contre 2335 millions de dollars à fin mars.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...