Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CERENIS

ABNX - FR0012616852 SRD PEA PEA-PME
0.776 € -3.36 % Temps réel Euronext Paris

Cerenis : Une étude pilote dans l'oncologie permet à Cerenis de rebondir enfin

mardi 18 décembre 2018 à 17h30
La capitalisation de Cerenis a rebondi de 33% mardi

(BFM Bourse) - Après plusieurs déconvenues, Cerenis Therapeutics a annoncé des résultats finaux positifs dans son étude de phase II TARGET. Si le titre s'adjuge près de 30%, il n'y a toujours pas de quoi espérer un sursaut durable, selon une analyste spécialiste du dossier.

Enfin ! Après un échec dans le syndrome coronarien aigu l'an dernier puis un nouveau revers sur son traitement expérimental CER-001 dans une maladie rare (la FPHA ou hypoalphalipoprotéinémie familiale primaire), Cerenis a annoncé mardi matin des résultats positifs. Dans le cadre d'un essai de phase 2 (intermédiaire) intitulé TARGET, la molécule CER-001 a montré une certaine capacité à cibler les cellules tumorales chez les patients atteints d'un cancer de l’œsophage.

Le titre de la biotech s'est envolé de 33,4% à 0,585 euro dans un volume d'échanges particulièrement étoffé correspondant à plus de 12% du tour de table. Un rebond impressionnant... mais néanmoins très loin de compenser les lourdes pertes subies par la biotech en Bourse depuis le début de l'année et notamment son plongeon de 64% le 5 décembre dernier après l'annonce de l'échec de son essai dans la FPHA.

Tout reste à faire pour repositionner la molécule en tant que vecteur dans l'oncologie

"Je ne crois pas qu'il faille espérer un sursaut durable" annonce d'emblée Jamila El Bougrini, analyste spécialisée chez Gilbert Dupont. La dernière étude présentée par l'entreprise ne se situe encore à un stade pilote qui vise à évaluer le l'intérêt éventuel d'une association entre un anti-tumoral avec la technologie CER-001. De plus, souligne-t-elle c'est sur un nombre réduit de patients (neuf) que TARGET semble démontrer sa capacité à se localiser préférentiellement sur les sites tumoraux, d'après les mesures prises à 24 heures puis 72 heures après l'injection. S'il s'agit, selon l'analyste, de résultats "encourageants", "aucune preuve thérapeutique n'est apportée par ces études pour le moment".

De fait, Cerenis doit encore mettre au point le HDL-médicament qui consistera en l'intégration d'un médicament connu et approuvée dans la technologie de Cerenis, celui-ci étant alors utilisé comme véhicule pour amener de façon ciblée le médicament à la tumeur... "et avec ce produit, tout reste à faire", développe-t-elle.

Il faut donc attendre la mise au point de la liaison médicament-HDL puis le démarrage d'une phase 2 pour évaluer le bénéfice thérapeutique chez des patients atteints de cancer. "L'horizon n'est pas connu mais il ne faut pas l'envisager avant plusieurs mois", ajoute Jamila El Bougrini.

La confiance envers CER-001 écornée par les échecs précédents

Si Cerenis a enfin obtenu des résultats positifs sur sa technologie CER-001, la biotech va également miser à l'avenir sur son autre molécule, baptisée CER-209. "Il faut avoir en mémoire que CER-001, évalué dans le cadre de TARGET, doit pâtir aujourd’hui d’une image péjorative et d’une certaine défiance compte-tenu de ses deux échecs consécutifs dans les études CARAT (Syndrome Coronarien Aigu) et plus récemment TANGO (Hypoalphalipoprotéinémie Familiale Primaire), ce qui n’est pas le cas de CER-209 qui bénéficie encore d’un crédit confiance non entaché" estime Jamila El Bougrini.

Ce qui ne veut pas dire pour autant que la biotech basée à Labège, près de Toulouse, va complètement abandonner CER-001. "Il ne s’agit pas ici d’une nouvelle stratégie puisque la société avait déjà amorcé ce virage fin 2017, mais l’on peut en revanche parler d’un repositionnement depuis quelques mois étant donné que Cerenis envisage aujourd'hui de s’installer comme l’expert des HDL-thérapies pour adresser différentes pathologies parmi lesquelles l’oncologie" indique l'analyste de Gilbert Dupont.

"Il reste l’autre actif développé dans la NASH sur lequel Cerenis fonde beaucoup d’espoir, mais il ne me semble pas que le programme dans l’oncologie soit plus secondaire" conclut Jamila El Bougrini. Le fondateur et directeur général de Cerenis Jean-Louis Dasseux avait en effet affirmé il y a deux semaines que la société poursuivrait le développement du CER-209, une autre molécule visant la maladie du foie gras (NAFLD/NASH), pour lesquels de premiers résultats cliniques (de phase 1) devraient être disponibles pour la fin de l'année.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur CERENIS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+330.30 % vs +0.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat