Bourse > Cap gemini > Cap gemini : Capgemini confirme ses objectifs pour 2011
CAP GEMINICAP GEMINI CAP - FR0000125338CAP - FR0000125338
91.660 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
90.910 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 15 504 M€Capi. :

Cap gemini : Capgemini confirme ses objectifs pour 2011

Capgemini confirme ses objectifs pour 2011Capgemini confirme ses objectifs pour 2011

par Gwénaëlle Barzic

PARIS, 8 novembre - Capgemini a confirmé mardi ses objectifs financiers pour 2011 après avoir enregistré un troisième trimestre légèrement supérieur aux attentes, ce qui fait bondir le cours de son action en Bourse.

La première société européenne de services informatiques, considérée comme particulièrement vulnérable à une dégradation de la conjoncture économique, a assuré ne pas avoir enregistré pour le moment de coupes brutales dans les budgets de ses clients, tout en faisant état d'une visibilité faible pour les trimestres à venir.

"Aujourd'hui, nous sommes toujours dans un marché qui tient", a souligné le directeur général Paul Hermelin, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

"Il n'y a pas de signe de gel ou de réaction sur les dépenses en cours", a-t-il ajouté, en précisant ne pas avoir d'indications sur les budgets pour 2012.

A 09h47, le titre bondit de 5,12% à 27,84 euros, signant la deuxième plus forte hausse du CAC 40.

Depuis le début de l'année, il dévisse de 20,6%, une baisse à comparer à celle de 6,75% de l'indice sectoriel européen, le marché redoutant un scénario catastrophe avec la dégradation des perspectives de croissance, notamment en Europe, et la réduction attendue des budgets des services publics.

Le groupe a rassuré en réaffirmant sa prévision d'une croissance de 9% à 10% de son chiffre d'affaires sur 2011, dont au moins 5% à données comparables.

Il a par ailleurs dit viser une amélioration d'au moins 0,5 point de sa marge opérationnelle, ce qui était attendu par le marché, le groupe ayant prévenu dès la fin du mois de juillet que le haut de la fourchette communiquée en début d'année, à savoir une progression comprise entre un demi-point et un point, serait difficile à atteindre.

NOUVELLE LIGNE DE CRÉDIT DE 500 MILLIONS D'EUROS

Capgemini a vu sa croissance ralentir au troisième trimestre, à un rythme toutefois moins prononcé qu'attendu, conséquence de bases de comparaison moins favorables et de difficultés persistantes aux Pays-Bas.

Son chiffre d'affaires s'est établi à 2,378 milliards d'euros, en hausse de 4,7% à données comparables, contre +8,8% au deuxième trimestre et +6,4% au premier.

Le consensus ressortait à 2,33 milliards d'euros pour une croissance organique de 4,6% sur la base des estimations de huit analystes.

A données publiées, la croissance ressort à 13,0%, permettant au groupe de signer son quatrième trimestre consécutif de croissance à deux chiffres.

Le groupe a notamment bénéficié de la bonne tenue de ses activités dites "cycliques", comme le conseil et l'intégration de systèmes, qui ont progressé de 6,1% en moyenne.

Le Benelux continue en revanche de peser sur la performance de Capgemini sous le coup de difficultés persistantes aux Pays-Bas, tandis que le Royaume-Uni et l'Irlande ont continué de pâtir de la réduction des dépenses publiques.

La France, premier marché du groupe, a en revanche mis le pied sur l'accélérateur par rapport au premier semestre, affichant une croissance de 7,8%.

Les prises de commandes se sont établies sur la période à 2,208 milliards d'euros, en progression dans tous les secteurs à l'exception de l'infogérance.

"Compte tenu de l'évolution défavorable des cours de Bourse enregistrée ces derniers mois, il est devenu probable que le groupe aura à rembourser l'OCEANE (obligation convertible) qui doit arriver à maturité en janvier prochain", indique la société dans son communiqué, en ajoutant avoir mis en place une ligne de crédit supplémentaire de 500 millions d'euros afin de "conserver un maximum de flexibilité financière".

Cette ligne de crédit sera refinancée, lorsque les conditions seront jugées satisfaisantes, par une opération de marché, a précisé le directeur financier, Nicolas Dufourcq, lors de la conférence téléphonique, en précisant privilégier l'émission d'obligations classiques plutôt que des obligations convertibles.

Edité par Marc Angrand

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...