Bourse > Artprice com > Artprice com : L'envolée se poursuit, le marché veut croire à l' "incroyable croissance"
ARTPRICE COMARTPRICE COM PRC - FR0000074783PRC - FR0000074783
15.230 € -0.85 % Temps réel Euronext Paris
15.310 €Ouverture : -0.52 %Perf Ouverture : 15.460 €+ Haut : 14.950 €+ Bas :
15.360 €Clôture veille : 30 365Volume : +0.46 %Capi échangé : 101 M€Capi. :

Artprice com : L'envolée se poursuit, le marché veut croire à l' "incroyable croissance"

L'envolée se poursuit, le marché veut croire à l' L'envolée se poursuit, le marché veut croire à l'

(Tradingsat.com) - Nouvelle séance mémorable pour Artprice.com, dont le cours de Bourse s'est envolé mardi de 62%, à 25 euros, au plus haut depuis l'été 2006. Les volumes d'échanges, considérables depuis quatre jours, ont encore franchi un palier : 1,9 million d'actions aujourd'hui, soit près de 30% du capital de l'entreprise.

Le spectaculaire engouement consécutif à un article de La Tribune évoquant une "incroyable croissance à quatre chiffres » à l'horizon 2012, qui avait fait s'envoler le titre de 69% le 7 avril, ne se dément pas. Il a visiblement même plutôt tendance à s'accroître, alors qu'Artprice n'a de cesse de souligner depuis plusieurs mois le « calendrier législatif comportant un contexte politique et économique extrêmement favorable », dont le groupe se juge à même de profiter.

Régulièrement, la société spécialisée dans les banques de données sur la cotation et les indices de l'art fait d'ailleurs le point sur l'état d'avancement de la transposition effective de la directive européenne des enchères électroniques en droit français.

Or, avec un retard de deux ans, la transposition de cette directive 2006/123/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 décembre 2006 relative aux services dans le marché intérieur, devrait selon Thierry Ehrmann, le patron d'Artprice.com, récemment cité par La Tribune, intervenir d'ici à l'automne prochain.

Depuis longtemps, Artprice affirme disposer « plus que quiconque de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs ».

A de nombreuses reprises, le groupe a aussi souligné que « sa place de marché normalisée et protégée au titre de la propriété intellectuelle » lui avait permis « d'asseoir son modèle depuis 2004, et d'être prêt à basculer en enchères en ligne, principalement comme opérateur pour les 2900 Maisons de Ventes avec lesquelles [il] travaille en étroite collaboration depuis 1987 ».

Concrètement, une fois la directive transposée, « la PME deviendra alors une Maison de vente aux enchères en ligne percevant un taux de commission (4,5 %) sur des volumes importants [d']environ 2 milliards d'euros », écrivait jeudi dernier La Tribune.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI