ARCHOS

JXR - FR0000182479 SRD PEA PEA-PME
0.039 € +1.30 % Temps réel Euronext Paris

NEWS enorme

31/01/2014 par titi7511 2
Cela va faire près d'un an que Loïc Poirier a pris la succession du créateur et jusqu'alors indéboulonnable Henri Crohas à la tête de Archos. Entré au sein de la marque française en 2005, directeur financier et bras droit de l'historique P-DG, il prend les rênes avec une mission première fondamentale : sauver Archos en enrayant la spirale de trimestres financiers rouge vif.

Grand promoteur et instigateur du sourcing chinois complet (prendre des produits asiatiques, les retoucher quelque peu et poser la marque Archos), le voici maintenant avec les coudées franches, vraisemblablement, pour rediriger Archos vers une stratégie "d'importation" plus marquée. Nous l'avons rencontré sur le stand Archos lors du dernier CES de Las Vegas. Entretien.

Archos Loic Poirier

Archos a longtemps été dans la tourmente. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Ce que l'on peut déjà dire, c'est que Archos va redevenir rentable. Notre chiffre d'affaires pour l'année 2013 devrait avoisiner les 155 à 160 millions d'euros, malgré un premier trimestre qui fut certes encore un peu compliqué. Rien que pour les tablettes, nous avons écoulé un peu plus de 2 millions de pièces. Dans le contexte d'entreprises françaises qui ont le vent en poupe, ce que fait Archos, c'est inimaginable. Vous avez de petites pépites comme Netatmo ou Withings, qui ont un ou deux produits et vivent avec un risque important de ne pas pouvoir perdurer. Nous, Archos, encore aujourd'hui et malgré nos difficultés passées, nous sommes restés numéro 3 du marché européen en volume sur les tablettes ! Une place qui est la nôtre depuis 2011.

Mais plus important, le marché, enfin, s'est nettoyé. Tous les petits héros nationaux, des marques qui, à un moment T, savent aller chercher un produit en Chine, voire se constituer une petite gamme de produits, mais n'ont pas la capacité de recherche derrière, vont disparaître. Quand le marché se consolide, comme c'est le cas aujourd'hui pour les tablettes, ces entreprises ne peuvent pas rester dans la course. Technologiquement, ça va trop vite pour eux !
Quelle serait encore votre place sur l'échiquier, dans ce cas ?

Vous avez Apple et Samsung avec respectivement 75 et 55 millions de pièces et un marché global de la tablette qui finit 2013 à 180 millions de ventes. Il reste 50 millions de pièces, avec Lenovo qui cartonne en Chine et va s'ouvrir à l'international, Asus qui s'est retrouvé totalement cannibalisé par ses Nexus 7 pour Google, Acer qui tente de consolider sa place et Amazon qui occupe le terrain avec ses Kindle. Nous avons notre 7e place mondiale et, surtout, il reste au final 15 millions de pièces qui concernent des « coups » ou ces fameux « héros nationaux ». C'est en partie ici que Archos va gagner des parts de marché cette année, mais aussi, pourquoi pas, sur les terres de Acer ou Asus.
Cette situation compliquée qui semble s'éloigner ne peut pas être due qu'au marché fortement concurrentiel des tablettes. N'y a-t-il pas eu des erreurs de commises chez Archos ?

Dans les erreurs que nous avons pu commettre, je pense à la volonté de vouloir faire de l'entrée de gamme trop agressive. Résultat, des Google Nexus et Amazon Kindle nous sont rentrés dedans, mais ces produits ne sont plus des concurrents.
Nous sommes malheureusement trop focalisés sur ce segment de l'entrée de gamme. Il y a deux ans, le client ne savait pas forcément ce que c'était Android, les tablettes... il voyait un produit de chez nous à 150 ou 250 € et à côté il voyait du Apple à 500 € et du coup ce client pensait faire une affaire incroyable. Mais ensuite lorsqu'il allait voir ses amis qui avaient un iPad, il ne comprenait pas pourquoi il y avait autant de différences.
Un autre grand regret c'est d'avoir loupé un beau virage avec la Gen9. Nous avions des idées incroyables pour cette gamme, mais nous avons manqué le coche, il y a eu des cafouillages, des retards... l'horreur.

Aujourd'hui, nos gammes sont beaucoup plus claires pour le consommateur et Archos reprend des couleurs, tandis que la partie Arnova est en baisse, voire en chute libre, ce qui est une bonne chose pour l'entreprise.

Citationarchos1

C'est pourtant Arnova qui vous a largement aidés pendant presque 2 ans à survivre, non ?

Arnova nous a, c'est vrai, un peu gardés à flot. Cette branche a représenté jusqu'à 25% du CA. C'est énorme et c'est aussi dangereux. Aujourd'hui, cette part est plutôt à 15%. Il est important pour nous que cette branche, qui reste attachée à du produit low-cost en marque blanche, redevienne mineure.
Sérénité apparemment retrouvée et gammes plus claires... Est-ce à dire que Archos se pose enfin dans un développement long ?

Oui, nos gammes sont maintenant identifiées et elles vont perdurer. Nous avons notre gamme XS avec clavier qui est différenciante, la gamme Platinum avec des écrans "Retina" pour certains modèles. Cette dernière a mis beaucoup de temps à arriver mais elle est là, enfin. Les GamePad et GamePad 2 sont des succès, même si la première a eu des commentaires négatifs. Néanmoins, nous avons eu l'audace de lancer ce produit. À un moment donné, il faut faire les choses... même si c'est inachevé.
31/01/2014 par titi7511 1
http://www.lesnumeriques.com/tablette-tactile/arch os-y-a-pas-concurrence-c- est-guerre-a1782.html
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.86 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat