Bourse > Archos > Archos : Contre-attaque sur l'offre de tablettes pour étudiants
ARCHOSARCHOS JXR - FR0000182479JXR - FR0000182479
0.860 € -1.15 % Temps réel Euronext Paris
0.880 €Ouverture : -2.27 %Perf Ouverture : 0.880 €+ Haut : 0.840 €+ Bas :
0.870 €Clôture veille : 239 785Volume : +0.61 %Capi échangé : 34 M€Capi. :

Archos : Contre-attaque sur l'offre de tablettes pour étudiants

Contre-attaque sur l'offre de tablettes pour étudiantsContre-attaque sur l'offre de tablettes pour étudiants

(Tradingsat.com) - L'offre de tablette à 1 euro par jour pour les étudiants lancée la semaine dernière par le gouvernement en partenariat avec Orange, fait trois heureux : les étudiants bien sûr, ainsi qu'Apple et Samsung, les fabricants des deux modèles proposés dans le cadre de l'offre : l'iPad 2 (avec une mémoire de 16 Go) et la Galaxy Tab 8.9.

En revanche, pour Archos, le dernier fabricant d'électronique grand public français, premier vendeur de tablettes Android en France et en Europe, la pilule est amère. Exclu par l'offre lancée par les pouvoirs publics français, le groupe contre-attaque. "Nous n'allons pas en rester là, et je lance un appel au ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez, pour qu'il trouve une solution", déclare Henri Crohas, le PDG d'Archos, dans les Echos.

Le blocage se situerait au niveau d'Orange. Archos explique en effet n'avoir jamais réussi à finaliser un partenariat avec l'opérateur historique, visiblement "plus sensible aux arguments de Samsung".

Orange serait toutefois "très désireux de travailler avec Archos", rapportent Les Echos, tandis que du côté du ministère de l'Enseignement supérieur, le partenariat avec Orange serait considéré comme une "première étape". Une offre avec d'autres opérateurs proposant des produits Archos serait ainsi envisageable.

Cela tombe bien, Archos s'estime parfaitement en mesure de proposer à son tour une offre aux étudiants, à partir des tablettes Archos 8, à... 0,50 euro, moitié moins chère que celle du gouvernement et d'Orange. "Nous verrons si d'autres opérateurs, voire des MVNO [opérateur virtuels, ndlr] sont intéressés", déclare Henri Crohas aux Echos.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI