Bourse > Air france -klm > Air france -klm : Les marchés européens en retrait à la mi-séance
AIR FRANCE -KLMAIR FRANCE -KLM AF - FR0000031122AF - FR0000031122
11.610 € -6.11 % Temps réel Euronext Paris
12.265 €Ouverture : -5.34 %Perf Ouverture : 12.660 €+ Haut : 11.450 €+ Bas :
12.365 €Clôture veille : 9 066 790Volume : +3.02 %Capi échangé : 3 486 M€Capi. :

Air france -klm : Les marchés européens en retrait à la mi-séance

Les marchés européens en retrait à la mi-séanceLes marchés européens en retrait à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont en baisse à la mi-séance, dans l'attente de l'issue de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) et Wall Street est prévue en repli au lendemain de records à la hausse.

Aucune modification de taux ni nouvelles mesures d'assouplissement monétaire ne sont attendues de la part de la BCE ce jeudi; son conseil des gouverneurs devrait se donner le temps d'apprécier les conséquences sur l'économie de la zone euro du vote britannique favorable à la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne intervenu le 23 juin.

Les investisseurs font aussi preuve de prudence alors que l'indice Stoxx 600 des valeurs européennes a effacé les pertes occasionnées par le Brexit avec un rebond de près de 10% par rapport au point bas atteint dans la foulée des résultats du référendum britannique.

"Il est difficile de justifier d'acheter les marchés sur les niveaux actuels", a d'ailleurs prévenu Richard Griffiths, directeur associé de Berkeley Futures.

La chute des cours des compagnies aériennes européennes au lendemain d'un avertissement de l'allemande Lufthansa sur ses bénéfices annuels, en raison d'une baisse des réservations liée notamment aux attentats en Europe, est venue rappeler aux investisseurs l'ampleur des incertitudes qui pèsent sur les marchés.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,57% (24,75 points) à 4.355,01 points vers midi. À Francfort, le Dax reculait de 0,34% et à Londres, le FTSE perdait 0,48%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 0,49% comme l'EuroStoxx 50 de la zone euro.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de l'ordre de 0,2%.

L'indice paneuropéen des valeurs du transport et des loisirs recule de 1,75%, en tête des baisses des indices sectoriels du Stoxx 600, pénalisé par les avertissements sur leurs résultats de Lufthansa mais aussi d'easyJet.

La compagnie aérienne allemande dévisse de près de 8%, le transporteur à bas coûts britannique abandonne plus de 6%, tandis qu'IAG, maison-mère de British Airways, cède plus de 4% et qu'Air France-KLM chute de plus 4%.

Publicis gagne plus de 3,9% et s'inscrit en tête des rares hausses du CAC parisien après des résultats meilleurs que prévu au deuxième trimestre.

Le secteur des technologiques reste bien orienté après les résultats supérieurs aux attentes du suisse Temenos, qui prend plus de 6,4%, et prolonge le coup de fouet donné par les annonces de SAP la veille et le lancement en début de semaine de l'offre du japonais SoftBank sur le concepteur britannique de puces ARM Holdings.

Sur le marché des changes, le dollar recule mais reste proche de plus hauts de quatre mois atteint mercredi; son indice contre un panier de vise de référence cède 0,36% à 96,853.

L'euro est quasi stable contre le billet vert à 1,1021, alors qu'il a reculé au cours de 10 des 14 dernières semaines.

"L'affaiblissement de l'euro se traduit par une stimulation automatique de l'économie, ce qui signifie que la BCE peut attendre" pour décider de nouvelles mesures d'assouplissement, a dit Kathy Lien, responsable de la stratégie changes de BK Asset Management.

Les rendements sur les Bunds à 10 ans et sur les emprunts de même échéance des autres grands pays de la zone euro sont en légère hausse, à un plus haut depuis le début du mois.

Le pétrole peine à accentuer les gains engrangés après la publication mercredi d'une baisse légèrement supérieure aux attentes des stocks de brut aux Etats-Unis et observée pour la neuvième semaine consécutive par l'Agence américaine d'information sur l'énergie.

Les craintes sur la persistance d'un excédent d'offre sur le marché et la vigueur du dollar freinent la progression des cours du brut et le contrat septembre sur le Brent de la Mer du Nord cède 3 cents (-0,04%) à 47,15 dollars.

(avec Sudip Kar-Gupta, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI