Bourse > Air france -klm > Air france -klm : Le rapport final sur le crash du rio-paris révélé aujourd'hui
AIR FRANCE -KLMAIR FRANCE -KLM AF - FR0000031122AF - FR0000031122
7.900 € -0.62 % Temps réel Euronext Paris
7.902 €Ouverture : -0.03 %Perf Ouverture : 7.980 €+ Haut : 7.791 €+ Bas :
7.949 €Clôture veille : 3 562 090Volume : +1.19 %Capi échangé : 2 372 M€Capi. :

Air france -klm : Le rapport final sur le crash du rio-paris révélé aujourd'hui

tradingsat

(Tradingsat.com) - Le bureau d'enquête et d'analyses (BEA) doit rendre aujourd'hui son compte rendu final sur le crash du vol Rio-Paris d'Air France survenu le 1er juin 2009 au large de l'Atlantique, qui avait provoqué la mort de 228 passagers.

Aux dernières nouvelles, c'est l'hypothèse d'une erreur de pilotage qui serait retenue par le BEA, avait affirmé début juin le groupe de presse brésilien Globo, citant un document officiel envoyé pour avis au Brésil, aux Etats-Unis, en Allemagne et à tous les autres pays associés aux recherches.

Le rapport final devrait reprendre, dans les grandes lignes, les conclusions préliminaires rendues en juillet 2011 qui mettaient largement en avant l'hypothèse de l'erreur humaine, ce qu'ont fustigé les pilotes, la compagnie et les familles des victimes.

L'enquête pointerait également une dizaine de facteurs secondaires, dont la conception du cockpit de l'Airbus A330-200 et la disposition des instruments.

Le premier rapport du BEA publié après la découverte des deux enregistreurs de vol de l'appareil dénonçait à l'époque l'insuffisance de la formation des pilotes, mal entraînés à des conditions de vol difficiles (nuit, fortes turbulences et absence de références visuelles). Ces derniers n'auraient pas su apporter les bonnes réponses face au dysfonctionnement des sondes de mesures de vitesse pitot dû au gel, qui a rendu les indications de vitesse erronées puis entraîné le passage en pilotage manuel.

Et alors que l'alarme de décrochage de l'appareil s'est déclenchée à plusieurs reprises, le pilote aux commandes aurait donné l'ordre de cabrer plutôt que de maintenir l'avion en ligne droite, provoquant le basculement de l'appareil, nez en l'air, puis sa chute à 180 km/h dans l'océan.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...