Bourse > Air france -klm > Air france -klm : L'éviction de gourgeon serait un électrochoc pour air france-klm
AIR FRANCE -KLMAIR FRANCE -KLM AF - FR0000031122AF - FR0000031122
7.560 € -0.55 % Temps réel Euronext Paris
7.519 €Ouverture : +0.55 %Perf Ouverture : 7.642 €+ Haut : 7.518 €+ Bas :
7.602 €Clôture veille : 2 984 690Volume : +0.99 %Capi échangé : 2 270 M€Capi. :

Air france -klm : L'éviction de gourgeon serait un électrochoc pour air france-klm

L'éviction de gourgeon serait un électrochoc pour air france-klmL'éviction de gourgeon serait un électrochoc pour air france-klm

PARIS (Reuters) - L'éviction annoncée de Pierre-Henri Gourgeon d'Air France-KLM et la reprise en main du groupe par son président Jean-Cyril Spinetta, pourrait constituer un électrochoc salvateur pour la compagnie franco-néerlandaise, pénalisée par indicateurs financiers dans le rouge et une gestion controversée de la catastrophe du Rio-Paris.

Dans ce scénario évoqué lundi par la presse, Alexandre de Juniac, ex-directeur de cabinet de Christine Lagarde, prendrait non seulement la direction de la compagnie Air France, une décision qui était déjà largement attendue, mais serait positionné pour prendre à terme la direction générale de l'ensemble du groupe Air France-KLM.

Une porte-parole du groupe s'est refusée à tout commentaire, confirmant seulement la tenue d'un conseil d'administration dans l'après-midi et la probable publication d'un communiqué en fin de journée.

Pierre-Henri Gourgeon était devenu directeur général du groupe en janvier 2009, tandis que Jean-Cyril Spinetta, artisan de la fusion entre Air France et KLM, conservait la présidence.

La mise à l'écart de Pierre-Henri Gourgeon interviendrait à peine plus de trois mois après sa reconduction, début juillet, pour un mandat de quatre ans par les actionnaires du groupe à une écrasante majorité.

"C'est un électrochoc. On est un peu surpris car Air France n'est pas une compagnie qui a l'habitude d'agir comme ça. Cela étant, c'est plutôt une bonne nouvelle car Pierre-Henri Gourgeon n'a pas vraiment bonne presse auprès des analystes", explique un analyste sous couvert d'anonymat.

Vers 12h15, le titre gagnait 4,4% à 5,753 euros. Il a chuté de 62% depuis le début de l'année, ramenant sa capitalisation à seulement 1,7 milliard d'euros, sous-performant largement à la fois l'allemande Lufthansa et IAG, entité issue de la fusion de British Airways et de l'espagnole Iberia.

Pierre-Henri Gourgeon paierait ainsi le prix de sa gestion de la compagnie, dont l'Etat français détient 15,7% du capital, qui est trop endettée, trop lente à réagir et trop peu rentable, avec notamment des coûts salariaux largement supérieurs à ceux de ses concurrentes.

Selon la presse, Pierre-Henri Gourgeon aurait imposé Alexandre de Juniac au poste nouvellement créé de directeur général de la compagnie Air France alors que Jean-Cyril Spinetta soutenait la candidature de Lionel Guérin, patron de Transavia France.

La catastrophe du vol Rio-Paris en juin 2009, troisième accident grave subi par Air France en dix ans, a également suscité des interrogations sur la formation technique de ses pilotes, après la publication du rapport d'étape du Bureau d'enquêtes et analystes (BEA).

Cyril Altmeyer, avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...