Bourse > Air france -klm > Air france -klm : L'accord entre alitalia et air france-klm apparaît menacé
AIR FRANCE -KLMAIR FRANCE -KLM AF - FR0000031122 AF - FR0000031122   SRD PEA PEA-PME
13.330 € +2.85 % Temps réel Euronext Paris
12.920 €Ouverture : +3.17 %Perf Ouverture : 13.330 €+ Haut : 12.805 €+ Bas :
12.960 €Clôture veille : 6 829 770Volume : +1.59 %Capi échangé : 5 714 M€Capi. :

Air france -klm : L'accord entre alitalia et air france-klm apparaît menacé

tradingsat

ROME (Reuters) - Le président d'Air France-KLM Jean-Cyril Spinetta a déclaré que l'accord de reprise d'Alitalia était "menacé", ajoutant qu'il ne disposait que de très peu de marges de manoeuvre pour modifier les conditions de son offre sur la compagnie aérienne italienne.

S'exprimant devant des journalistes à Rome, il a exclu de prolonger au-delà du 31 mars les discussions sur le projet avec les syndicats qui, de concert avec l'opérateur de l'aéroport de Milan et une bonne partie de la classe politique italienne, y sont vivement opposés.

Le leader de la droite italienne Silvio Berlusconi, crédité d'une solide avance dans les sondages à moins d'un mois des élections législatives anticipées en Italie, a dit espérer que des investisseurs italiens pourront présenter une offre alternative de reprise d'Alitalia, qui perd plus d'un million d'euros par jour.

Le ministre italien de l'Economie, Tommaso Padoa-Schioppa, a de son côté évoqué en conseil des ministres l'hypothèse de la nomination d'un administrateur provisoire pour gérer Alitalia, selon des propos rapportés par son collègue chargé de la Solidarité, Paolo Ferrero.

Les syndicats de la compagnie, dont l'accord est indispensable pour mettre en oeuvre le projet de reprise, contestent la volonté d'Air France-KLM de supprimer un tiers des effectifs d'Alitalia. De son côté, l'opérateur de l'aéroport de Milan SEA, redoutant une forte réduction de l'activité de Malpensa, a déclaré qu'il n'avait nullement l'intention d'abandonner son action judiciaire à l'encontre d'Alitalia, lui réclamant plus d'un milliard d'euros.

Ces différents obstacles jetés sur la route de Jean-Cyril Spinetta n'ont guère ébranlé le P-DG d'Air France-KLM, qui a déclaré que "la marge de manoeuvre pour améliorer le projet est inexistante ou extrêmement limitée".

"Oui, c'est vrai. L'accord est menacé. Mais je garde espoir", avait-il déclaré précédemment, cité par l'agence de presse italienne Ansa.

ALITALIA N'AFFAIBLIRA PAS AIR FRANCE-KLM

Prié de s'expliquer sur les motivations qui ont conduit Air France-KLM à lancer une offre de 138 millions d'euros sur Alitalia, Jean-Cyril Spinetta a assuré que la compagnie franco-néerlandaise ne serait pas affaiblie par une éventuelle reprise de son homologue italienne.

"Je suis convaincu qu'Alitalia peut, dans un avenir proche, redevenir une compagnie aérienne raisonnablement rentable", a-t-il déclaré, avant de préciser que la situation financière d'Alitalia s'était encore détériorée depuis le mois de décembre.

Jean-Cyril Spinetta, l'architecte du rapprochement entre Air France et KLM, a ajouté souhaiter l'accord du prochain gouvernement italien avant de conclure un accord, soulignant qu'un projet qui irait à l'encontre de la volonté des pouvoirs publics ne pourrait pas être mis en oeuvre.

L'Etat italien détient 49,9% du capital d'Alitalia.

Jean-Cyril Spinetta et son homologue d'Alitalia Maurizio Prato ont été reçus à la mi-journée au palais Chigi, la présidence du conseil italienne et ont appelé à de nouvelles discussions avec les syndicats après l'impasse dans lesquelles celles-ci se sont retrouvées mardi.

Air France-KLM supprimera 2.000 emplois au total au sein des activités de transport aérien et de services au sol d'Alitalia s'il reprend la compagnie italienne, a déclaré Jean-Cyril Spinetta.

Il a cependant ajouté que 4.100 des quelque 7.400 salariés d'AZ Servizi, la filiale de services d'Alitalia, seraient exclus de l'accord. Alitalia possède 51% du capital d'AZ Servizi et Air France-KLM a dit ne vouloir reprendre qu'une partie des activités de la filiale, soit 3.300 salariés.

Le P-DG d'Air France-KLKM a ajouté avoir proposé le maintien pendant deux ans, à un niveau réduit, des activités de fret sur l'aéroport milanais de Malpensa.

Alberto Sisto, Giuseppe Fonte, version française Dominique Rodriguez, Nicolas Delame

Copyright (C) 2007-2008 Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...