Bourse > Air france -klm > Air france -klm : Alexandre de juniac refuse de parler de faillite
AIR FRANCE -KLMAIR FRANCE -KLM AF - FR0000031122AF - FR0000031122
11.985 € -0.25 % Temps réel Euronext Paris
12.130 €Ouverture : -1.20 %Perf Ouverture : 12.255 €+ Haut : 11.765 €+ Bas :
12.015 €Clôture veille : 3 213 310Volume : +1.07 %Capi échangé : 3 598 M€Capi. :

Air france -klm : Alexandre de juniac refuse de parler de faillite

Alexandre de juniac refuse de parler de failliteAlexandre de juniac refuse de parler de faillite

(Tradingsat.com) - Le PDG d'Air France, Alexandre de Juniac, a commenté vendredi à l'antenne d'Europe 1 le plan d'économies du groupe.

La compagnie aérienne a en effet entamé un processus de transformation radicale, rendu nécessaire par une situation financière largement dégradée. Air France « perd de l'argent depuis quatre ans, sa dette a triplé », a rappelé son PDG.

Concurrencée à la fois par les compagnies Low Cost et les compagnies des pays émergents qui proposent un service de qualité à des prix attractifs, la société doit effectuer des économies conséquentes pour restaurer sa compétitivité, tout en maintenant « le périmètre du groupe, choix stratégique de la compagnie », a précisé Alexandre de Juniac.

Même si la compagnie a réalisé des efforts importants : baisses de tarifs et investissements pour améliorer la qualité de ses services (inauguration jeudi d'un salon de 3000m2 dans la nouvelle salle d'embarquement Satellite 4 de Roissy), sa santé financière reste préoccupante.

« La situation est sérieuse mais en aucun cas on ne peut parler de faillite », a cependant assuré le PDG d'Air France.

Jeudi, la direction du groupe a présenté aux syndicats la version finale de son plan de redressement Transform 2015, sans que ces derniers n'acceptent de le ratifier. Interrogé sur la façon dont il entend résoudre le problème du sureffectif (estimé à 5122 employés), le patron de la compagnie a affirmé qu'il ne ferait pas de licenciement et qu'il attendait des syndicats « un effort » passant par un accord qui permettrait au groupe de retrouver des marges de manœuvres pour investir et rester compétitif au niveau international.

« Je récuse le mot dumping social », a en outre martelé le dirigeant d'Air France.

Ces accords vont s'affiner dans les prochains jours lors des ultimes négociations qui s'achèveront dimanche dernier délai. Ils seront ensuite soumis aux différents syndicats avant une signature attendue courant juillet, précise la direction.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI