Bourse > Air france -klm > Air france -klm : Alitalia sur la corde raide
AIR FRANCE -KLMAIR FRANCE -KLM AF - FR0000031122AF - FR0000031122
11.630 € -5.94 % Temps réel Euronext Paris
12.265 €Ouverture : -5.18 %Perf Ouverture : 12.660 €+ Haut : 11.450 €+ Bas :
12.365 €Clôture veille : 7 057 120Volume : +2.35 %Capi échangé : 3 492 M€Capi. :

Air france -klm : Alitalia sur la corde raide

tradingsat

(CercleFinance.com) - Qui sauvera Alitalia, la compagnie aérienne italienne en difficulté, et surtout dans quelles conditions ? C'est ce qui semble en train de se décider, à Rome mais aussi à Paris puisqu'Air France-KLM est son premier actionnaire. Un nouveau conseil d'administration du groupe italien se tiendra demain 10 octobre, avant l'AG prévue le 14.

En effet, le temps semble compté pour Alitalia. Hier, un conseil d'administration s'est réuni et à son issue, le président Roberto Colaninno a indiqué que les représentants de l'Etat italien 'avaient demandé plus de temps pour élaborer les décisions à prendre et terminer une analyse approfondie'. La séance a donc été reportée.

Rappelons qu'Air France-KLM est le premier actionnaire d'Alitalia, avec 25% des parts, suivi d'une myriade de sociétés, financières et industrielles, et de fondations italiennes.

En grande difficulté financière, Alitalia doit trouver rapidement de l'argent frais et de ce fait, une augmentation de capital semble s'imposer. Une levée de fonds d'au moins 100 millions d'euros est à l'ordre du jour de l'AG prévue le 14 octobre. Mais la compagnie pourrait ne pas pouvoir attendre jusque là.

En effet, la major pétrolière italienne Eni a indiqué que si Alitalia ne réglait pas ses factures, il ne pourrait plus l'approvisionner en carburant à compter de samedi 12 octobre.

En outre, Air France-KLM ne serait pas la seule à participer à la levée de fonds et les intérêts des différentes parties prenantes ne sont pas à l'unisson. Les actionnaires historiques hors Air France craignent de se retrouver fortement dilués en cas de levée de fonds, sans compter les restructurations qui suivraient immanquablement l'opération, voire l'éventuelle remise en cause du rôle du “hub” aéroportuaire actuel de Rome-Fiumicino.

Les intentions de l'Etat italien ne semblent pas non plus des plus claires : il semble que le gouvernement d'Enrico Letta ait tenté de mettre sur place une levée de fonds via des institutions publiques italiennes, comme Ferrovie dello Stato et la Cassa Depositi e Prestiti, les équivalents transalpins de la SNCF et et de la Caisse des Dépôts. Mais ces dernières auraient décliné.

A ce jour, et selon les notes de recherches d'analystes, Alitalia aurait besoin d'environ 500 millions à court terme, faute de quoi la poursuite de son activité serait remise en cause.

De son côté, Air France-KLM ne semble pas opposée à mettre de l'argent au pot, mais pas plus que nécessaire et dans des conditions bien précises. Le groupe souhaite sans doute éviter que son implication dans ce dossier ne remette en cause le redressement des ses propres comptes.

Selon les analystes d'Aurel BGC, “il est vraisemblable qu'Air France-KLM cherche à racheter Alitalia au prix le plus faible possible, sans reprise de dette, d'où un bras de fer sur le prix avec les actionnaires mais aussi avec le gouvernement sur la stratégie future.” A suivre.

Un nouveau conseil d'administration d'Alitalia est donc prévu demain, 10 octobre. A suivre.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI