Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Malaise à Wall Street, les initiés ont perdu tout appétit pour les actions

jeudi 24 septembre 2020 à 09h33

(BFM Bourse) - Les transactions effectuées par des dirigeants et cadres sur les actions de leur propre entreprise vont très majoritairement dans le sens de la vente, rapporte Bloomberg. Un signal suggérant que le niveau des cours n'est pas assez attractif aux yeux des initiés.

Qui mieux qu'un dirigeant est à même d'apprécier les perspectives de sa propre entreprise ? Certes, une prise de position -qu'elle soit à l'achat ou à la vente- d'un dirigeant donné à un moment particulier n'est pas forcément révélatrice de la valeur réelle par rapport au cours. Mais on peut s'attendre à ce que les "insiders" comme on les appelle en anglais, soit "initiés" selon la terminologie juridique du Code monétaire et financier en France, réfléchissent tout de même à deux fois avant d'effectuer un achat ou une vente - d'autant plus qu'ils se savent observés, la législation les obligeant à divulguer toute transaction (ainsi que celles des personnes liées: conjoints, famille directe...).

Autrement dit, il ne faut peut-être pas surinterpréter une transaction isolée d'un patron (il peut aussi bien remettre au pot parce qu'il vient de faire un héritage ou céder des titres pour financer l'achat d'une résidence secondaire). Mais à l'échelle du marché, la tendance de l'ensemble des opérations d'initiés est souvent considérée comme un indicateur de sentiment particulièrement pertinent. Cela a d'ailleurs été le cas à Wall Street dès mars et plus encore en avril dernier: le solde des achats par rapport aux ventes des "insiders" avait alors atteint des niveaux sans précédent dans le sillage du pire krach depuis 1987. Et le violent rebond des indices jusqu'à l'été a montré que l'appétit des initiés pour leurs propres actions était parfaitement motivé.

Or à l'heure actuelle, ces investisseurs disposant d'une vision particulièrement éclairé de la vraie valeur de leur entreprise par rapport au cours de Bourse sont très loin de se précipiter collectivement à l'achat. Au contraire, les cadres dirigeants des entreprises du S&P 500 (bien parti pour afficher l'une des plus mauvaises performances de son histoire pour un mois de septembre, en baisse de 7,5% depuis le début du mois) ont massivement vendu des titres au cours des quatre dernières semaines, rapporte Bloomberg. Les données compilées par Sundial Capital Research, citées par l'agence de presse, indiquent même que le rythme des cessions n'avait pas été aussi élevé depuis 2012.

Au cours de la semaine écoulée, le ratio était de 975 millions de dollars de ventes, le double de la semaine précédente, alors que le montant total des achats d'insiders n'a été que de... 11 millions de dollars, ajoute Bloomberg.

Le creux du mois de mars était "manifestement une excellente opportunité d'achat étant donné la forte baisse des cours et l'anticipation d'une sortie de la phase de confinement et d'une reprise de l'activité économique mondiale reprendrait grâce à une réponse opportune et décisive des décideurs politiques", estime Candice Bangsund, responsable de l'allocation globale des actifs chez Fiera Capital Corp.

Aujourd'hui par comparaison, malgré le repli des dernières semaines, le niveau de valorisation des entreprises de l'indice phare américain est encore de 21 fois la moyenne des bénéfices attendus pour l'année à venir, alors que ce ratio était tombé à moins de 14 fois en mars. Quant aux perspectives immédiates, elles sont assombries par l'évolution préoccupante de la pandémie du Covid-19, les tensions sino-américaines ou encore les incertitudes sur l'issue et le déroulement même du scrutin pour la présidence des Etats-Unis.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.60 % vs -0.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat