Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Les (nombreux) groupes français qui souffrent en Bourse à cause de la Chine

jeudi 3 janvier 2019 à 15h08
Le ralentissement de la croissance chinoise font plonger les titres de groupes français

(BFM Bourse) - Les derniers indicateurs économiques en provenance de Chine sont plutôt mitigés avec, notamment, une dégradation de l'activité manufacturière, tandis qu'Apple a lancé un avertissement sur ses résultats. Ces nouveaux signaux d'une économie chinoise chancelante entraînent plusieurs valeurs françaises dans le rouge.

"Qui de Pékin ou de Washington peut sortir vainqueur de l'épisode de tensions commerciales entre les deux pays ?". Dans une note publiée jeudi matin, Hervé Goulletquer, stratégiste de La Banque Postale Asset Management (LBPAM), l'annonce du "profit warning" d'Apple remet sur le devant de la scène ce débat.

Jusqu'ici, "les marchés ont plutôt "acheté" l'idée que les États-Unis étaient mieux positionnés pour l'emporter", relève le stratégiste. La publication de l'indice PMI Caixin-Markit du secteur manufacturier en Chine allait dans ce sens. Cette statistique est en effet tombée à 49,7 en décembre, contre 50,2 en novembre, passant ainsi sous le seuil de 50, "la frontière entre une contraction et une progression de l'activité, pour la première fois depuis mai 2017" indiquent ainsi les experts de Mirabaud Securities Genève.

Mais "la communication d'Apple sème le doute" quant à une issue du conflit favorable à Washington. D'autant qu'il "ne s'agit pas de la première alerte" indique Hervé Goulletguer qui rappelle que "les chiffres du commerce bilatéral, au moins ceux produits par l’appareil statistique pékinois, envoient le message de ventes, en direction du partenaire, faisant preuve de davantage de résistance côté chinois qu’américain". Dit autrement, les exportations chinoises aux Etats-Unis se portent mieux pour l'instant que les ventes américaines à destination de l'empire du Milieu.

Un ralentissement plus marqué que prévu ?

S'il est délicat - et trop tôt - de déterminer qui des États-Unis ou de la Chine sera in fine le plus pénalisé par la guerre commerciale que se livrent les deux plus grandes puissances économiques mondiales, les signes de fléchissement de l'économie chinoise font en tout cas déjà souffrir de nombreuses valeurs à la Bourse de Paris.

Car l'avertissement sur résultat d'Apple pour la période octobre-décembre, premier trimestre de son exercice décalé, pourrait être le signe d'un ralentissement plus marqué que prévu de l'économie chinoise, susceptible de contraindre les entreprises de nombreux secteurs à ajuster leurs anticipations sur ce marché. "Cela confirme la tendance que l'on a eue hier avec les PMI chinois. Il y a un 'call' sur le marché concernant une croissance chinoise en berne qui pénalise les valeurs exposées à la Chine, comme ArcelorMittal, mais aussi le luxe", a indiqué à l'AFP un trader en poste à Paris.

Le luxe à la peine

Premier secteur en difficulté à la moindre annonce d'un ralentissement de l'économie chinoise, le luxe dévisse jeudi matin à la Bourse de Paris. De fait, les entreprises du secteur sont progressivement devenues très dépendantes de leur clientèle chinoise, qui pèse désormais pour plus de 30% des ventes du secteur selon les estimations du cabinet d'études Bain & Co. À mi-séance, les trois fleurons français du secteur que sont LVMH (-2,7%), Kering (-4%) et Hermès (-2,6%) sous-performent un marché déjà en nette baisse (-1,45% pour le CAC vers 14h). Les autres valeurs telles que SMCP (Sandro, Maje et Claude Pierlot) ou L'Oréal sont également dans le rouge avec des pertes respectives de 2,2% et 1,1%, également vers 14h.

Les semi-conducteurs dévissent

Les action STMicroelectronics et Soitec signent les deux plus mauvaises performances sur le SRD jeudi matin, en réaction à l'avertissement sur ses ventes lancé mercredi soir par Apple. Vers 14h, le titre STMicro abandonne 9,3% à 11 euros et retombe ainsi à son plus bas depuis janvier 2017. L'action Soitec, de son côté, lâche 4,3% à 50,2 euros effaçant ses gains de la veille (+4,6%). Selon des analystes, la part du fabricant d'iPhone dans le chiffre d'affaires du fabricant franco-italien de semi-conducteurs (STMicro) est comprise entre 10 et 15%.

À noter que le plongeon des entreprises du secteur ne se limite pas à la Bourse de Paris puisqu'à Francfort, Infineon recule de 5,2% et, à Amsterdam, le titre ASML en fait de même (-4,1%) vers 14h.

Plongeon des valeurs technologiques

Outre le luxe et les semi-conducteurs, l'autre secteur en souffrance jeudi, à la Bourse de Paris, est celui des valeurs technologiques. Au sein de l'indice phare de la place parisienne, les entreprises de services du numérique telles qu'Atos (-3,5%) et CapGemini (-3,9%) sont en nettes baisses. L'éditeur de logiciels de conception assistée par ordinateur Dassault Systèmes n'échappe pas à la purge avec une chute de 4,7% vers 14h, tout comme l'entreprise de conseil en ingénierie Altran Technologies (-2,8%).

Les autres valeurs implantées en Chine

Par ailleurs, d'autres groupes bien implantés - ou qui cherchent activement à se développer - en Chine affichent également des replis conséquents à l'image de Beneteau (-4%), EuropaCorp (-4,8%) ou encore l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft (-3%), toujours vers 14h. Au même moment, le titre ArcelorMittal limite ses pertes à -1,2%

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+330.30 % vs -3.25 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat