Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Les analystes au nom à consonance étrangère sont-ils desservis par leur patronyme ?

samedi 9 février 2019 à 08h00
La réaction des marchés aux notes d'analystes est plus ou moins forte selon leur origine

(BFM Bourse) - Les analyses financières signées Thackray, Summers ou Barrett sont-elles plus écoutées que celles de Ghazi, Karim ou Teitelbaum ? Pour la première fois, une étude de la Cass Business School a fait apparaître que les marchés réagissaient moins fortement à des révisions de projections financières lorsqu'elles sont réalisées par des analystes dont le patronyme est associé à des pays défavorablement perçus.

Dans une article intitulé "An Analyst by Any Other Surname: Surname Favorability and Market Reaction to Analyst Forecasts", à paraître dans le Journal of Accounting and Economics, le docteur Jay Jung à la Cass (en association avec des collègues de l'université de Miami, de l'université DePaul à Chicago et du KAIST College of Business de Séoul) présente les résultats d'une étude suggérant que des révisions de projections d'analystes -une fois contrôlé d'autres facteurs connus pour affecter l'ampleur de la réactions des marchés, à commencer par le track-record de chaque analyste- ont plus d'influence si le nom de l'analyste évoqué un pays favorablement perçu par les américains.

Pour cela, les chercheurs ont épluché 762.780 révisions de projections émises par des analystes professionnels aux Etats-Unis entre 1996 et 2014. Parallèlement, ils se sont assurés de l'origine des noms de famille (Yamamoto reflétant par exemple une origine japonaise, Volkmann allemande etc.) en consultant les archives relatives à l'immigration dans le pays.

Selon leurs calculs, une variation d'un écart-type de la popularité du nom de famille (à des oreilles américaines) se traduit par un impact sur la vitesse de réaction du marché aux changements de recommandation d'une ampleur comparable à celui d'un critère d'appréciation plus objectif tel le nombre d'années d'expérience (respectivement +6,3% et +5,56%).

"Nous pouvons dire qu'on observe une réaction plus forte lorsque les analystes portent un nom perçu favorablement (plus faible lorsqu'ils portent un nom défavorablement perçu). Pour être précis et prudent, cela peut traduire le fait que les investisseurs sur-réagissent [à l'origine des noms], mais cela peut aussi refléter simplement une forme d'efficience de leur part [s'ils ne font que prendre acte du fait que le marché tend à digérer plus rapidement les recommandations émises par les analystes portant des noms favorablement perçus]", a expliqué Jay Jung à BFM Bourse.

Pour pousser plus loin l'étude, les chercheurs ont aussi testé l'effet de deux événements exogènes ayant entraîné une brutale baisse de la popularité de certains pays auprès de l'opinion publique américaine (d'après le baromètre établi par Gallup), à savoir les attaques du 11 septembre 2001 ainsi que l'opposition française et allemande à l'invasion de l'Irak décidée par George Bush en 2003. Ces événements avaient entraîné une chute de la popularité des pays du Moyen-Orient dans le premier cas et de la France et de l'Allemagne dans le second.

Là aussi, les chercheurs ont observé une diminution significative de la réaction boursière à des révisions formulées par des analystes aux noms à la sonorité moyen-orientale ou française et allemande. "Ces résultats renforcent notre mise en évidence d'effet de popularité des noms de famille", indiquent-ils.

L'étude s'inscrit d'ailleurs dans un corpus de recherches visant à identifier d'éventuels préjugés, conscients ou non, dans la psychologie des investisseurs. D'autres recherches (Kumar, Niessen-Ruenzi et Spalt en 2015) ont notamment mis en évidence un possible biais à l'encontre des gérants aux noms étrangers, qui semblent connaître toutes choses égales par ailleurs des flux de souscription moins importants.

Ces biais semblent en outre plus présents chez les investisseurs individuels, moins bien formés sur le plan financier, que chez les professionnels.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.20 % vs +36.10 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat