Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Les 10 articles les plus lus sur BFM Bourse en 2018

samedi 29 décembre 2018 à 12h00
Jeff Bezos, en tête des fortunes mondiales et des articles les plus lus de 2018

(BFM Bourse) - Chute du pétrole, maldonne chez Tesla, grandeur et décadence des patrons de la tech ou encore les conséquences des réactions à chaud de Donald Trump sur Twitter. Les 10 articles de BFM Bourse les plus lus au cours de l’année écoulée reflètent bien les préoccupations des investisseurs au cours de cette année de crise pour les marchés.

En un an, la fortune de Jeff Bezos a progressé de 7,7 millions d'euros par heure (23 septembre)

Le patrimoine de Jeff Bezos a atteint en cours d’année un pic de 150 milliards de dollars, faisant de lui la personne la plus riche du monde (en tous cas depuis que Forbes établit son célèbre classement annuel des grandes fortunes mondiales, c’est-à-dire à partir de 1982). Ceci grâce à l’envolée du cours d’Amazon : la valeur de la participation de Jeff Bezos -proche de 17% du capital du distributeur en ligne- a plus que doublé en un an. Mais les fortunes boursières sont toujours largement virtuelles et la purge du Nasdaq intervenue en octobre a sérieusement raboté le patrimoine du fondateur d’Amazon…

>> A lire ici

L'action Facebook s'effondre, la fortune de Zuckerberg chute (26 juillet)

Si le scandale Cambridge Analytica, révélé en mars, n’avait que passagèrement affecté le cours de Facebook, le marché s’est inquiété de la perte de confiance d’une partie des utilisateurs envers le réseau social. Révélant un ralentissement de la croissance des revenus et une stagnation du nombre d’utilisateurs actifs (voir un repli en Europe), ainsi qu’une désaffection de la part des utilisateurs les plus jeunes, l’annonce des comptes du groupe californien à la mi-exercice a entraîné une chute de 18% en Bourse. Soit moins 110 milliards de dollars de capitalisation boursière évaporés en une séance.

>> A lire ici

Depuis le 5 septembre, la fortune de Jeff Bezos a fondu de plus de 50 milliards de dollars (25 décembre)

Après avoir vu sa fortune progresser de 79 milliard de dollars entre septembre 2017 et septembre 2018, le fondateur et PDG d'Amazon a vu fondre la valeur de ses actions de plus de 55 milliards de dollars en moins de quatre mois. Ce qui correspond à une perte moyenne quotidienne supérieure au demi-milliard de dollars (503 millions de dollars). L'emblématique patron d'Amazon reste toutefois l'homme le plus riche du monde avec une fortune estimée par Bloomberg à 112 milliards de dollars fin décembre.

>> A lire ici

Avec le rachat de la Fox, Disney absorbe Alien et les Simpson (30 juillet)

Le feuilleton n’est pas entièrement clos en cette fin d’année puisque la finalisation de l’opération n’aura lieu qu’au premier semestre 2019, mais le projet d’acquisition de la 21st Century Fox par le mastodonte Disney a tout de même marqué l’année. C’est au terme d’une bataille d’enchères de plusieurs mois face à Comcast que le groupe Disney, déjà propriétaire de Pixar, de Marvel et de Lucasfilm, a remporté la lutte moyennant la somme de 71,3 milliards de dollars. Poursuivant sa boulimie d’acquisitions, Disney met ainsi la main les studios issus de la fusion en 1935 de Fox Film et de 20th Century Pictures, avec des franchises comme Avatar, Alien, les Simpson, ou encore la Planète des Singes. Le groupe acquiert aussi différentes chaînes de télévision comme FX et National Geographic, la moitié de la société de production Endemol et prend le contrôle de la plate-forme de streaming Hulu, dont il ne détenait que 30%. Mais une partie des actifs seront ensuite cédés, comme le bouquet britannique Sky, ou scindés à partir du 1er janvier, notamment Fox News, la chaîne préférée de Donald Trump, et Fox Sports.

>> A lire ici

Après le tweet fracassant de Musk; Tesla dans la tourmente (10 août)

Particulièrement volubile sur Twitter, le fondateur de Tesla a essayé de prendre à leur propre jeu les vendeurs à découvert sur le titre du constructeur automobile en annonçant qu’il avait sécurisé le financement nécessaire à un retrait de la cote de Tesla au prix de 420 dollars l’action. Mais son annonce a rapidement suscité la suspicion du marché et le gendarme boursier américain a lancé une enquête. Au bout de quinze jours le conseil d’administration de Tesla a été contraint d’annoncer officiellement que le projet de retrait était non avenu. La SEC n’a pas tardé à conclure qu’en réalité le dirigeant n’avait pas vraiment discuté des modalités financières éventuelles avec quelque source de financement que ce soit. "Bénéficier du statut de célébrité ou de la réputation d’un grand innovateur technologique ne dispense pas de respecter la législation sur les titres financiers", a indiqué la SEC dans une plainte finalement réglée par une transaction de plusieurs millions de dollars, et l’abandon par le fondateur de son poste de président de Tesla, ne conservant que la direction opérationnelle.

>> A lire ici

Pourquoi le prix du baril de pétrole a reculé de plus de 10% en un mois (30 octobre)

Les cours pétroliers n’ont atteint début octobre un plus haut de quatre ans que pour retomber plus violemment par la suite. Au-delà de la posture volontariste de l’Opep, les engagements à réduire la production, si tant est qu’ils soient suivis d’effet, ne pèsent guère face aux volumes records mis sur le marché par les trois principaux producteurs mondiaux : Russie, Arabie Saoudite et Etats-Unis. Sans parler du risque de voir le ralentissement de l’économie mondiale se traduire plus ou moins rapidement par un affaiblissement de la demande… Ainsi fin décembre, les deux principales références, le WTI texan et le Brent de la Mer du Nord, se traitaient respectivement à des plus bas depuis juillet 2017 et septembre 2017. Lien https://www.tradingsat.com/petrole-brent-MP0000000BRN/actualites/petrole-brent-le-baril-d-or-noir-au-plus-bas-depuis-l-ete-2017-841593.html

>> A lire ici

Voici les plus longs cycles haussiers des marchés financiers aux États-Unis (23 août)

En dépassant 3542 jours, la durée du précédent record du marché (défini comme un cycle où le marché ne connaît pas de baisse d’au moins 20% par rapport au dernier sommet), la phase de hausse entamée en 2011 sur le S&P 500 est entrée dans l’histoire. La marche en avant s’est poursuivie jusqu’à un pic historique à près de 2940 points pour l’indice large américain. Mais depuis, la correction est violente.

>> A lire ici

Après un tweet de Trump, la chute des cours du pétrole s'accélère (13 novembre)

Voilà un titre qui aurait pu servir à de nombreuses reprises cette année, tant la capacité du président des Etats-Unis à réagir à chaud sur le réseau social a provoqué d’importants mouvements sur diverses classes d’actifs. Les prix du pétrole devraient être "nettement plus bas", avait-il à nouveau clamé en novembre. Un vœu largement exaucé depuis.

>> A lire ici

Le secteur bancaire proche de ses plus bas de l'année avec la crise turque (13 août)

La chute de la livre turque à un plus bas historique (jusqu’à 7 livres pour un dollar ou 8 livres pour un euro) a amené le secteur bancaire européen quasiment à ses plus bas de l’année, après un article du Financial Times s’inquiétant de l’exposition de plusieurs grands établissements financiers tels que BBVA, Unicredit ou BNP Paribas à cette devise. La banque centrale turque est cependant parvenue à ramener un peu de calme, la livre turque remontant vers une parité de 5 livres pour un dollar en fin d’année.

>> A lire ici

Un patient de Carmat a été greffé avec un vrai coeur, l'action flambe (2 août)

Au terme d’une année contrastée pour l’univers biotech/medtech, Carmat a finalement connu un parcours honorable, s’acheminant vers une performance quasi-stable. Une nouvelle très positive est venue doper le cours de l’entreprise cet été : après avoir vécu huit mois avec le cœur artificiel de Carmat, un patient a pu être transplanté avec le cœur issu d’un donneur décédé. Souffrant d’insuffisance cardiaque terminale, le patient qui n’était initialement pas éligible à une transplantation cardiaque a peu à peu récupéré grâce à la prothèse, au point que pouvoir supporter une opération critique telle qu’une transplantation. Le coeur Carmat pourrait donc non seulement être utilisé comme thérapie définitive, mais également comme traitement en attente de greffe ("bridge-to-transplant"), une possibilité qui agrandit considérablement la population de patients potentiels.

>> A lire ici

G. B. - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.40 % vs -3.60 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat