Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Le portefeuille coté de l'État a progressé 4 fois plus vite que le CAC 40 en un an

vendredi 16 novembre 2018 à 17h31
L'APE doit en partie ses excellentes performances au décollage d'Airbus en Bourse

(BFM Bourse) - À 77,5 milliards d'euros fin juin 2018, le portefeuille coté de l'État français progresse de 16,8% sur un an, selon le rapport d'activité annuel de l'Agence des participations de l'État (APE). Celui-ci profite notamment des bonnes performances des secteurs de l'aéronautique et de la défense.

L'État français, actionnaire de 12 entreprises cotées (EDF, ADP, Airbus, Engie, Safran, Thales, Orange, Renault, Eramet, Air France-KLM, CNP Assurances et Sfil (ex-Dexia), a vu la valeur de son portefeuille progresser de 16,8% à 77,5 milliards d'euros entre les mois de juin 2017 et 2018. C'est ce que révèle le rapport annuel de l'Agence des participations de l'État (APE). A titre de comparaison, de fin juin 2017 à fin juin 2018, l'indice CAC 40 n'a lui progressé que de 3,96%. Soit quatre fois moins vite.

Le rapport d'activité de l'APE fait également état de 18 entrées au capital ou prises de participation entre janvier 2017 et juin 2018, pour un montant global de 1,64 milliards d'euros. Précision importante, l'intégralité des titres détenus dans Thales et 13% des titres d'EDF (pour une valeur totale de 10,6 milliards d'euros) ont été cédés au fonds pour l'innovation créé par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire au début de l'année. Le rapport de l'agence étatique précise par ailleurs que l'APE possède des parts dans 81 entreprises pour une valeur totale estimée à 110 milliards d'euros.

Porté par l'aéronautique et la défense

Cette excellente performance, l'APE la doit notamment à deux secteurs qui ont profité d'un environnement de marché favorable sur la période : l'aéronautique et la défense. Sur un an, au 30 juin 2018, l'avionneur européen Airbus a en effet enregistré un bond de 39%, quand Safran progressait de 29%, Thalès de 17%, sans oublier ADP (+37%). À noter également, le rebond d'EDF dont le titre a flambé de 25% sur la période. La palme de la plus forte hausse, sur un an, revient malgré tout à Eramet avec une véritable envolée du cours de l'action minière et métallurgique française (+162%).

2,8 milliards de dividendes perçus par l'État en 2017

Le document de l'APE explique également que si "les revenus de l'actionnariat de l'État ne cessent de baisser depuis 2012", ce dernier a tout de même perçu 2,8 milliards de dividendes en 2017. Un chiffre en baisse de 20% par rapport à 2016 (3,5 milliards d'euros) et pour lequel EDF contribue à près de 50% avec 1,3 milliard de dividendes versés à l'État en 2017.

Martin Vial confirme la feuille de route de l'APE

Commissaire aux participations de l'État, Martin Vial a profité de ce rapport pour confirmer la feuille de route qui avait été établie lors de l'arrivée de Bruno Le Maire à Bercy. À savoir que l'État ne touchera pas à ses participations dans "les entreprises qui relèvent de la souveraineté nationale (défense et aéronautique), les entreprises de service public comme la SNCF, la Poste ou la RATP et les entreprises qui présentent un risque systémique en cas de faillite". "Pour le reste, l'Etat a vocation à modifier sa participation, mais pas à se retirer immédiatement du capital des entreprises" a-t-il précisé.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+330.30 % vs +0.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat