Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

L'AMF s'oppose à la fermeture de la Bourse de Paris

mardi 17 mars 2020 à 17h59

(BFM Bourse) - Face à une chute des cours inédite dans sa brutalité, fermer les marchés d'actions serait un remède pire que le mal, explique Robert Ophèle, le président de l'Autorité des marchés financiers.

Pour stopper la chute des marchés, pourquoi ne pas fermer la Bourse? Aux yeux de certains commentateurs, la tentation est grande de mettre fin aux montagnes russes en mettant le manège à l'arrêt. Mais suspendre les cotations boursières ne ferait que déplacer les transactions vers des marchés plus opaques, et mettrait un stress supplémentaire sur les marchés de dette, explique le président de l'AMF dans l'émission Intégrale Bourse mardi sur BFM Business.

Techniquement, la question d'une fermeture des marchés n'est pas illégitime, explique Robert Ophèle. Elle a même été abordée mardi matin lors de la réunion du collège de l'Autorité des marchés financiers. Mais elle appelle une réponse "très clairement négative".

"Un double choc"

"On vit une combinaison inédite avec un double choc: opérationnel lié aux instructions de confinement et financier puisque l'impact économique a déclenché un stress sans précédent pour les marchés. Et si les marchés ne pouvaient pas assurer leur fonction correctement, naturellement il faudrait les fermer", explique-t-il.

Or d'un point de vue opérationnel les marchés régulés fonctionnement très correctement, insiste-t-il. "Certes les valorisations ont fortement chuté mais les marchés sont restés liquides avec des volumes d'échanges exceptionnels et des valorisations dont rien ne permet de dire qu'elles sont sans rapport avec les incertitudes économiques actuelles".

Les prix aussi bas soient-ils qui se forment sur le marché apparaissent donc légitimes. "Il y a du volume, il y a une offre et une demande, la volatilité reflète les incertitudes dans laquelle nous sommes mais rien ne permet de dire que les prix actuels n'ont pas de sens", indique Robert Ophèle. Le marché régulé des actions est liquide et donne des prix, contrairement à certains segments (par exemple certains marchés de taux) qui se sont pratiquement taris. "De mon point de vue, ne fermons pas ce qui fonctionne", souligne le président de l'AMF.

Il faut aussi se rendre compte de ce que signifierait de fermer les marchés. "Le code monétaire et financier me donne la possibilité de suspendre les transactions sur les plate-formes que l'on régule. Mais naturellement si je le faisais, les transactions sur les marchés non régulés, de gré-à-gré, ne seraient pas suspendues et les transactions sur les plate-formes situées hors de notre territoire ne le seraient pas non plus". Or, environ la moitié des transactions sur les valeurs françaises sont réalisées hors de France. Donc suspendre les marchés en France, "c'est transférer une large partie de ces transactions sur des marchés non-régulés ou sur des plate-formes régulées étrangères. Vous voyez qu'on manquerait totalement ce que les gens ont en tête [en demandant une fermeture du marché parisien]", avertit-il.

Eviter une vente massive des obligations

Et même si "par un hasard peu probable on se mettait d'accord au niveau européen et international pour suspendre, fermer les marchés de manières coordonnée, cela voudrait dire qu'on suspendrait aussi tous les fonds, les Sicavs, les OPCVMs, qui ont en portefeuille des titres dont les transactions vient d'être suspendue puisque les gérants ne pourraient ni les valoriser, ni les vendre ni les acheter, donc en fait on gèlerait une énorme partie des actifs financiers. Et donc mécaniquement on mettrait une pression vendeuse sur d'autres classes d'actifs et en particulier les titres de dette qui sont essentiels au financement de l'économie". Robert Ophèle martèle que "ce serait désastreux de ce point de vue".

"Et par ailleurs si on casse le thermomètre quand il baisse... on ne va pas se rendre compte lorsqu'il va remonter", remarque le président de l'autorité

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.10 % vs -1.24 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat