Bourse > Actualités > Points de marché > Zone euro : 'gestion de crise sous-optimale' (lombard odier)

Zone euro : 'gestion de crise sous-optimale' (lombard odier)

tradingsat

(CercleFinance.com) - Lombard Odier a fait part de son analyse de la crise de la dette en zone euro à l'occasion d'une conférence organisée ce jeudi.

Laurent Moulin, responsable de l'équipe Fixed Income et Marchés Emergents chez Lombard Odier Investment Managers, a tout d'abord tenu à rappeler l'origine du problème.

'Ainsi, en Grèce et en Italie, il s'agit d'une crise d'endettement public', a-t-il souligné. 'Le gouvernement a trop emprunté - un environnement de taux d'intérêts bas a créé l'illusion qu'un niveau de dette élevé était soutenable', a-t-il précisé.

En revanche, concernant l'Espagne, l'Irlande et le Portugal, l'économiste a pointé du doigt le secteur privé 'qui a trop emprunté - avec des taux d'intérêts négatifs, une régulation trop souple - pour financer des dépenses non productives'.

'Dans tous les cas, la dette a été largement financée par des créditeurs externes', a indiqué Laurent Moulin, ajoutant que la compétitivité extérieure a également constitué un motif de déclenchement de la crise.

Selon lui, les tentatives de résolution de la crise ont échoué jusqu'ici pour plusieurs raisons.

'On a appliqué des recettes classiques à des cas exceptionnels, tandis qu'on a voulu régler un problème de soutenabilité avec des programmes conçus pour des problèmes de liquidité.'

Par ailleurs, il a dénoncé une gestion de la crise 'incroyablement sous-optimale', caractérisée par un ajustement trop lent et des décisions prises trop tard.

'Les considérations politiques intérieures ont pris le pas sur l'intérêt général de la zone euro', a estimé Laurent Moulin.

Ainsi, l'aggravation de la crise conduit tout droit vers une croissance nulle voire négative en zone euro en 2012.

'Suite à la création d'un risque de change en zone euro avec les discussions sur la possible sortie de la Grèce', elle a également entraîné la fuite de capitaux hors du Vieux Continent, au bénéfice notamment des pays émergents aux fondamentaux solides.

Laurent Moulin a finalement évoqué quelques pistes qui permettraient de prendre la voie d'une résolution de la crise.

Ainsi, des progrès concrets vers davantage d'intégration pour les pays de la zone euro, l'instauration de sanctions automatiques en cas de non respect des règles budgétaires, la garantie crédible que les créditeurs privés ne devront pas subir d'autres pertes, ou encore la mise en oeuvre rigoureuse des programmes de réformes et d'ajustement dans les pays de la périphérie, constituent autant de solutions possibles.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI